Compte-rendu de la séance du mercredi 18 mars 2020 du master Humanités Numériques de l’École nationale des chartes

Dans le cadre du séminaire de recherche du master Humanités Numériques de l’Université PSL, la séance du 18 mars 2020, à l’École nationale des chartes, devait être consacrée à des présentations de Michaël Colla et de Diana Ospina sur leurs travaux, animées et discutées par deux élèves de M1, Tanguy Ruault et Léo Dray. En raison de l’épidémie de covid-19 et de la fermeture des universités, cette séance a été annulée. Aussi, nous avons décidé de rédiger un compte-rendu synthétisant les travaux qui auraient dû être présentés ce jour-là, et de le publier sur le cahier d’études en ligne consacré aux travaux du master Humanités Numériques.

Les Parlementaires de la quatrième République par Michaël Colla

Commençons par la présentation des recherches de Michaël Colla. Michaël Colla a d’abord étudié en classes préparatoires littéraires, avant d’intégrer le cycle pluridisciplinaire d’études supérieures (CPES) de l’université Paris Sciences et Lettres. C’est au cours de cette formation qu’il se spécialise en histoire et obtient sa licence. Il suit alors un parcours assez atypique, puisqu’il intègre à la fois le master MRIAE de la Sorbonne en relations internationales et actions à l’étranger, et le master en humanités numériques de PSL. C’est au sein de ce dernier, dans le cadre de son mémoire de recherche, que Michaël Colla mène des travaux sur les parlementaires de la quatrième République, qu’il va maintenant présenter.

Mon projet concerne l’influence des facteurs biographiques sur les prises de positions des députés. En premier année de master, je me suis cantonné aux biographies et donc à une sociologie des parlementaires. Actuellement, je travaille à mettre en lien cette base de données de 1348 parlementaires et 66 variables biographiques avec les prises de positions de ces parlementaires. Mon objectif est de lier les prises de positions des députés aux députés et d’étudier les liens qui existent. Par exemple, est-ce que les femmes députés abordent les thèmes traditionnellement prêtés aux femmes dans la sphère politique à l’époque ? est-ce qu’on retrouve des similitudes significatives entre les prises de positions des femmes de droite et de gauche ? Les agriculteurs se distinguent-ils des autres membres de leurs partis sur les questions agricoles ? Les médecins se prononcent-ils plus sur les questions de santé publique ou sur la contraception ? Si la base de données est bien nettoyée et relativement utilisable, je cherche encore la bonne approche pour traiter ces prises de positions. Elles sont sous forme de tables nominatives concernant l’activité de chaque député. Ce sont des données textuelles sont non structurées, et cela suppose un travail important et automatisable puisqu’il y a 6475 pages. Actuellement je cherche et teste les outils qui pourraient traiter ces tables. Lorsque cela sera fait je pourrai les lier avec les députés et commencer un travail d’analyse plus fin.

La Quatrième République est souvent oubliée, coincée entre la guerre et la république actuelle, et ces douze ans n’ont pas tant marqué les esprits. Pourtant, elle marque un renouvellement sans précédent depuis la révolution, avec d’importants changements tels que l’arrivée des femmes dans les bureaux de vote et à l’Assemblée ainsi qu’une classe politique massivement renouvelée et issue de la Résistance. De plus, le pouvoir se trouvait réellement au palais Bourbon. Et le bilan de ces douze ans est tout sauf anecdotique : le programme du Conseil National de la Résistance, une constitution, la gestion d’une sortie de guerre difficile, la décolonisation de l’Indochine, la bombe atomique, la Communauté européenne du Charbon et de l’Acier, le traité de Rome. Étudier la composition de l’Assemblée nationale pendant la Quatrième République permet de s’intéresser aux raisons de l’instabilité gouvernementale, à l’accès au pouvoir des nouvelles figures qui feront le XXe siècle, mais aussi d’observer les continuités par-delà le changement de république et la guerre. Il n’existe pas de travaux holistiques sur la quatrième République. Généralement les recherches existantes s’attardent sur une catégorie d’élus particulière. L’objectif de cette recherche est tout autre puisqu’il s’agit d’analyser avec une égale attention tous les élus. C’est pour cela que La majeure partie des réflexions sont issues d’un retour aux sources rendu possible grâce à la consultation d’une base de données très complète issue des archives de l’Assemblée nationale. Il a été décidé de déterminer les variables qui ensemble constituent une forme de prosopographie de chaque individu et d’en dégager des traits communs qui peuvent caractériser un groupe d’individu. Ce travail de traitement et de regroupement s’est fait principalement avec OpenRefine. On arrive à 1348 fiches avec 66 variables. Le traitement et l’analyse de ces fiches permet déjà en soi d’établir une sociologie des parlementaires de la quatrième république. À ce premier travail, s’ajoute un second travail qui est en cours, analyser les 6475 pages de tables nominatives pour les lier aux fiches individuelles ou à des regroupements d’élus en fonction des variables. Pour autant, le traitement de la base de données nous en apprend déjà beaucoup. Ainsi on peut déjà répondre à la question: qui sont réellement les députés de la Quatrième République ? Pour cela, il faut commencer par établir le contexte historique et juridique de la Quatrième République. Une fois ceci constitué, nous aurons les outils pour comprendre les mécanismes à l’œuvre dans le renouvellement de la chambre basse. Cela nous conduira progressivement à la sociologie des parlementaires, d’abord par une étude de cas sur leurs mobilités géographique, puis en s’attachant à étudier les facteurs qui permettent leurs élections.

Si ces thèmes sont longuement développés dans le mémoire1 de master 1, ici nous nous contenterons de les résumer en mobilisant surtout les tableaux récapitulatifs qui ont l’avantage d’offrir une synthèse du travail de traitement, une esquisse d’analyse et d’offrir une bonne compréhension des données utilisés. Pour bien saisir le contexte dans lequel évoluent les députés, il peut être utile de se remémorer la chronologie des législatures des parlementaires de la quatrième République, et de revenir sur le fonctionnement institutionnel du régime (cf schéma).

  • La première législature est élue le 21 octobre 1945, elle est constituante
  • La deuxième législature est élue le 2 juin 1946, elle est constituante
  • La troisième législature est élue le 10 novembre 1946
  • La quatrième législature est élue 17 juin 1951
  • La cinquième législature est élue 19 janvier 1956

Organigramme  de la IVème République

Fig. 1 : Organigramme de la IVe République

Permanence et renouvellement du personnel politique

Pour la première fois de l’histoire, les femmes peuvent voter et des femmes entrent à l’Assemblée nationale3. En incluant les deux assemblées constituantes, 62 femmes seront députées sous la Quatrième, contre 1286 hommes.

Les femmes ne constituent pas l’unique renouvellement, dans l’ensemble le personnel politique change profondément. Sur les 1348 députés de la Quatrième République, seuls 154 ont également siégé sous la Troisième République. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cela. Outre les dix années sans élections qui ont fait vieillir un peu plus un vivier déjà âgé, c’est avant tout le discrédit de l’ancienne Assemblée qui explique ce renouvellement. Sur ces 154 députés, 133 l’étaient au moment du vote des pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940. La différence d’avenir politique en fonction de ce vote est flagrante. Ceux qui étaient à l’époque la majorité sont devenus une minorité.

  Nombre le 10 juillet 1940 Pourcentage sur les inscrits du 10 juillet 1940 Nombre parmi les députés de la Quatrième pourcentage par rapport aux inscrits le 10 juillet 1940
Inscrit 846 100% 133 15,7%
Pour les pleins pouvoir 569 67,2% 40 7%
Opposés aux plein pouvoir 80 9,5% 24 30%
Abstentionnistes 20 2,3% 6 30%
Absent 177 21% 28 15,8%
Communistes4 61 35 57,3%

Si une partie de ces chiffres s’explique par des compromissions auprès du régime collaborationniste de Pétain, une autre s’explique aussi par l’ordonnance du 21 Avril 1944 5qui dans son article 18 rend inéligibles les parlementaires ayant donné les pleins pouvoirs à Pétain. Pour eux, et jusqu’aux lois d’amnistie de 19516 et 19537, il faut passer devant le Jury d’honneur qui pourra les relever de l’indignité et l’inéligibilité qui les frappent. Parmi les 40 députés de la Quatrième République qui ont voté en faveur des pleins pouvoirs à Pétain 25 sont passés devant ce Jury d’honneur, et 17 sont relevés et 8 confirmés. On peut en déduire que ces 8 ainsi que 15 autres députés ont bénéficié des lois d’amnistie pour pouvoir revenir en politique.

La résistance est le principale vivier de recrutement des nouveaux élus. Mattei Dogan l’évoque ainsi:

« L’activité dans la Résistance est le principal aspect de la sélection du personnel politique sous la IVe République. Les chefs de la Résistance sont devenus des chefs de partis et la plupart des ministres ont été choisis parmi les résistants les plus notoires 8».

Jean Charlot abonde dans ce sens, rappelant que 80% des députés élus en 1945 et 1946 (ANC1, ANC2) sont issus des 1 à 2% de résistants9. Ce nombre de résistants ne s’explique pas seulement par la gloire tirée de ces activités. C’est aussi un des effets de la logique des partis qui renaît dès la libération. On peut même considérer que le mode de scrutin l’amplifie, puisque contrairement aux élections précédentes sous la Troisième République, le scrutin n’est plus uninominal et majoritaire à deux tours, mais plurinominal et proportionnel à un tour (par département). Ce sont donc des listes et des couleurs politiques qui se voient mises en avant, ce qui a pour conséquence non négligeable de diminuer l’incarnation du candidat et son rapport direct à ses électeurs. Il faut être le candidat d’un parti pour espérer gagner, même avec des états de services prestigieux dans la Résistance. Pour autant, les partis sont fondés ou repris par des résistants. Les trois principales forces politiques dans l’immédiate après-guerre sont le Parti Communiste Français (PCF), qui se revendique « parti des 75 000 fusillés » et est conduit par des résistants ; le Mouvement Républicain Populaire (MRP), fondé par des résistants chrétiens démocrates, qui veut regrouper le centre et la droite modérée autour de la figure de De Gaulle ; la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO) qui mobilise des figures comme Pierre Brossolette, et est gérée par des résistants notoires comme Daniel Mayer puis Guy Mollet. Cependant au sortir de l’après-guerre, la résistance est une condition nécessaire mais pas suffisante pour être élu. Les partis favorisent avant tout des élites politiques plus anciennes. Ainsi pour la SFIO et le PCF l’ancienneté prime sur les faits d’armes résistants10. Étant donné que les partis ont été persécutés par Vichy, il était facile pour les membres anciens d’attester de « sentiments patriotiques inébranlés » et de bonnes dispositions, ou d’une participation modeste à la résistance comme l’exigeait la SFIO11. Au PCF, l’historienne Annie Kriegel parle des résistants comme d’une génération sacrifiée12, où les grandes figures prometteuses de la résistance comme Tillon sont rapidement marginalisées au profit de la vieille garde comme Thorez13, ou de jeunes prometteurs, mais dont le passé moins glorieux permet moins de liberté vis à vis de Moscou14.

L’origine géographique des députés

L’Assemblée nationale doit représenter la France à la fois dans sa dimension géographique et démographique. Même si dans le système bicaméral français c’est avant tout à la chambre haute qu’est confiée la représentation des territoires, l’Assemblée nationale ne doit pas laisser un département sans représentant au palais Bourbon. Pour s’intéresser au lieu de décès et à l’évolution de celui-là par rapport au lieu de naissance, nous avons privilégié l’approche par département. Cela permet d’étudier les destinées des députés, les dynamiques inhérentes à leurs vies. Le tableau suivant les révèle pour certaines régions particulièrement représentatives de phénomènes d’ensemble. À savoir la région parisienne, lieu d’une partie de la vie et du travail des députés lors de leurs mandats, mais aussi capitale économique, culturelle et région la plus peuplée d’un pays centralisé. Quant aux deux régions les plus rurales de France15, elles permettent d’étudier aussi la trajectoire des députés, qui justement doivent faire le grand écart chaque semaine entre circonscription rurale et vie parisienne, défendre des territoires qu’ils incarnent, du fait du faible nombre d’élus, et souvent parce qu’ils sont eux-mêmes agriculteurs. Les départements les plus pauvres de France aujourd’hui permettent de voir si les députés, qui font partie de l’élite du pays, et sans doute du dernier décile des Français les plus riches, sont restés dans ces territoires plus pauvres. La Côte d’Azur est aussi inventoriée car elle fait partie dans l’imaginaire collectif d’un territoire où les gens aisés vont prendre leurs retraites, et cet imaginaire est dans le juste en ce qui concerne les députés puisque les Alpes-Maritimes sont effectivement le troisième département de décès après Paris et les Hauts de Seine. Enfin les Outre-Mer constituent des territoires à part du fait de leurs éloignements de la métropole : la distance impose aux députés, surtout dans les années 40 et 50, d’être beaucoup en métropole et de ne se rendre en circonscription qu’assez rarement 16.

Département Naissances Décès Évolution en %
75 123 238 93,5
92 17 56 229,4
93 3 18 500,0
94 4 11 175,0
77 2 6 200,0
78 17 18 5,9
91 2 15 650,0
95 1 4 300,0
Total petite couronne 147 323 119,7
Total 77,78,91,95 22 43 95,5
Total Île-de-France 169 366 116,6
14 6 9 50,0
50 13 10 -23,1
61 7 4 -42,9
16 8 2 -75,0
17 8 11 37,5
79 8 6 -25,0
86 20 11 -45,0
Total Basse-Normandie (14,50,61) 26 23 -11,5
Total Poitou-Charentes (16,17,79,86) 44 30 -31,8
Total des deux régions les plus rurales17 70 53 -24,3
2 7 4 -42,9
11 7 6 -14,29
23 8 5 -37,5
62 27 19 -29,63
Total départements les plus pauvres18 49 34 -30,6
6 10 46 360,0
83 6 23 283,3
Total Côte d’Azur19 16 69 331,3
971 6 4 -33,3
972 4 2 -50,0
973 6 1 -83,3
974 8 7 -12,5
978 1 1 0,0
979 3 1 -66,7
Total Outre-mer20 28 16 -42,9

Les députés nés à l’étranger sont eux-aussi digne d’un grand intérêt, le tableau suivant permet d’observer leurs parcours.

Pays Naissances Décès Évolution en %
France 1189 1200 0,9
Algérie21 76 26 -65,8
ex colonies africaines 58 43 -25,9
Reste du monde22 25 18 -28
Totale 1348 128723  

Le premier constat est qu’il s’agit d’une petite minorité de députés, et au sein de cette minorité une grande majorité est née dans des territoires qui étaient sous domination française au moment de leurs naissances. Seul 15% des députés ne sont pas nés dans un pays dominé par la France. C’est à dire 25 députés, ils représentent moins de 2% des élus, et beaucoup semblent avoir une ascendance française. Dans les 85% restants, on distingue clairement les questions coloniales. Le nombre de députés est tout d’abord très faible, la France coloniale compte environ 115 millions d’habitants en 1939 dont seulement 40 millions vivent en métropole. Pourtant, ces 40 millions d’habitants sont représentés par 1207 élus durant la 4e République, tandis que les 75 millions24 restants ne bénéficient que de 141 élus pour les représenter pour la même période.

La profession des députés

Le métier exercé par les députés avant leurs élections est un des éléments les plus intéressants tant la répartition diffère du reste de la population et varie selon l’appartenance politique. La moitié des députés sont diplômés du supérieur, contre 1% de la population à la même époque. Cela se retrouve dans leurs professions souvent très qualifiées.



Total ext.Gauche25 Gauche26 Centre27 Droite28 ext.Droite29 Divers30
administration coloniale 8 1 2 3 2
Agriculteur et assimilé 175 28 21 55 65 1 4
Chef d’entreprise et assimilé 33 4 14 12 2 1
commerçants et négociants 47 2 5 11 12 15 1
diplomates 12 1 5 6
Employés et assimilés 83 29 16 24 11 2
Fonctionnaires 47 11 22 10 2
hauts fonctionnaires 33 9 18 6
Industriels 41 8 14 16 2 1
Ingénieurs 56 3 10 20 21 2
journalistes et assimilés 53 7 16 17 12 1
Métiers de l’enseignement 195 47 91 37 17 1 2
Métiers de la santé 106 10 28 30 24 3 11
Métiers du droit 168 3 38 66 56 1 4
Militaires 21 2 1 3 15
Ouvriers et assimilés 161 110 9 24 6 11 1
religieux 8 1 5 2
Total 124731 254 286 351 285 41 25

Les femmes sont très minoritaires à l’Assemblée, tout comme pour l’accès au palais Bourbon. Le fait d’être une femme rend bien plus difficile d’accéder à des fonctions à responsabilité. Or, ce sont ces même fonctions qui augmentent la chance d’être désignée candidate et élue députée. Elles n’ont pas non plus les mêmes possibilités d’études : l’accès à l’université leur est ouvert à partir de 1924, il y a donc fort logiquement très peu de juristes parmi les élues (très précisément 4), et les professions médicales se cantonnent à donner 3 infirmières. Deux des trois viviers de recrutement leurs sont difficilement accessible. Reste l’enseignement, sur les 62 députées de la Quatrième République, 10 sont institutrices, 4 professeurs dans le secondaire, et même deux agrégées32, mais aucune professeur d’université33. Elles sont aussi représentées dans d’autres domaines comme la direction d’établissements sociaux (2), le journalisme (4), le secrétariat (6), le textile, en temps qu’ouvrière ou tisserande (4), ou ouvrière (5) et employée en règle générale (7). Seule 3 élues sont agricultrices. Cette surreprésentation parmi les femmes de métiers communs, comme infirmière, ouvrière, employée, institutrice, tient beaucoup au fait qu’elles sont majoritairement issues du parti communiste, 39 sur 62, les restantes venant de la gauche (9), du centre (12) et de la droite (2). Le PCF est le parti qui fait très majoritairement élire ces métiers de la classe populaire ou moyenne. Preuve que le blocage est tout autant, si ce n’est plus, dû au partis qu’aux électeurs et électrices.

Conclusion

Les élus constituent donc une élite du simple fait d’avoir été sélectionnés par les électeurs, parmi des candidats déjà dûment sélectionnés par les partis. Leur appartenance à une élite politique due à l’élection se recoupe bien souvent avec l’appartenance à une élite sociale. Pour autant, une autre élite se dessine au sein de l’assemblée. Celle des députés qui ont de l’influence et font la politique à l’aide du parti, et les autres qui se contentent de les suivre. Souvent à cause du parti. La discipline parlementaire est sans doute le principal facteur de vote du député. D’autant plus dans un régime où mener une liste victorieuse sans parti est illusoire. Ce phénomène fait que Mattei Dogan et d’autres arrivent à la conclusion que la majeure partie des députés sont des suiveurs, et qu’une liste réduite de personnalités, de l’ordre d’une cinquantaine de noms est ce qui fait la politique. L’intérêt de faire la sociologie des élus est davantage d’observer le miroir déformant que créent les électeurs que de comprendre la politique. Néanmoins le travail parlementaire ne peut pas être tourné vers le seul programme du parti et de ses grandes figures, bien souvent, comme le rappelle Daniel Gaxie, « il consiste à produire un travail législatif en direction de sa circonscription en vue d’une réélection »34. Dès lors, une lecture disjointe de l’appartenance partisane, utilisant les possibilité offertes par l’informatique, notamment pour lier les outils développés ici avec les tables des débats et des travaux parlementaires permettrait, peut-être pas d’expliquer la haute politique, mais de développer une observation par la base et des dynamiques plus discrètes, ouvrant de très riches perspectives. C’est précisément cette possibilité que j’essaie d’exploiter actuellement sur le mémoire de M2. Je dispose des sources nécessaires mais la structuration des données et le développement des méthodes d’analyse est un défi qui n’est pas sans me poser de nombreuses difficultés.

Notes

1 Colla, M. Les députés de la quatrième République, 1945-1958, non publié.

2 Alankazame, Lichnowsky et Tiago, Organigramme de la IVe République, Wikipédia, Creative commons

3 En 1936, Léon Blum nomme Cécile Brunschvicg, Suzanne Lacore et Irène Joliot-Curie sous secrétaires d’État. Elles sont donc allées à l’Assemblée nationale comme ministre alors qu’elle ne pouvaient ni élire, ni être élues dans cette Assemblée.

4 À la suite du pacte Germano-soviétique une loi voté le 20 janvier 1940 déchoit les élus communistes de leurs mandats. Il ne sont donc plus en mesure de voter le 10 juillet 1940 et ne font pas partie des inscrits.

5 Journal Officiel de la République Française (JORF) du 22 avril 1944 page 325

6 JORF du 6 janvier 1951 page 260

7 JORF du 7 août 1953 page 6942

8 Dogan M. Les filières de la carrière politique en France. Revue française de sociologie, 1967, 8-4. pp. 468-492. p.487

9 Charlot J. Les élites politique en France de la IIIe à la Ve République. European Journal of sociology, 1973, 14-1. pp. 78-92. p.89

10 Charlot J. op. cit. pp.89-90.

11 Jaffré J. La crise du parti socialiste et l’avènement de Guy Mollet (1944-1946), Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977

12 Kriegel A. les communistes français, Seuil, 1968. p.81

13 Robrieux P. Histoire intérieure du parti communiste, Fayard, 1984.

14 Ibid : Thorez se réfugie à Moscou dès 1939 et est déchu de la nationalité française pour cause de désertion. Au sortir de la guerre, le PCF et lui-même prétendront qu’il a résisté en France jusqu’en 1943. Marchais qui n’est pas député sous la quatrième voit son ascension favorisée par le fait que Moscou détient des dossiers compromettent sur son STO et peut donc le considérer comme un élément plus docile.

15 Les chiffres datent d’avant la réforme de 2015, conserver ces entités plus petites joue ici en faveur d’une plus grande précision.

16 Colla, M. Les groupes d’amitiés parlementaires au Sénat, non publié.

17 Dumont G-F. Éditorial, Population & Avenir, 2016, n°728.

18 Outre-mer et Seine Saint-Denis exclus.

19 Monaco inclus dans les Alpes-Maritimes (aucune naissance et un décès).

20 Sous la Quatrième République l’île de Mayotte est incluse dans la circonscription de Madagascar, puis à l’indépendance de celle-ci des Comores.

21 Un certain nombre de décès en Algérie n’ont pas pu être comptabilisés.

22 Monaco est inclus ici aussi.

23 La différence entre le nombre de naissances et de décès s’explique d’une part par le fait qu’on ne connaît pas le lieux de décès de tous les députés (33) et d’autre part que certains députés sont encore en vie (au moins 15), Il reste néanmoins un léger différentiel inexpliqué.

24 Le chiffre décroît avec les indépendances.

25 La catégorie « extrême Gauche » comprend : les communistes, les républicains progressistes et les républicains et résistants.

26 La catégorie « Gauche » comprend : les socialistes, la gauche démocratique et radicale indépendante, la gauche indépendante, le Parti de la Jeune République, les Républicains socialistes, la résistance démocratique et socialiste, et l’union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR).

27 La catégorie « Centre » comprend : les radicaux, les démocrates-chrétiens, l’action démocratique et sociale, les centristes, la gauche radicale, le rassemblement des gauches républicaines et du centre républicain.

28 La catégorie « Droite » comprend : le centre républicain, le centre républicain d’action paysanne et sociale et des démocrates indépendants, la droite, la fédération républicaine, les gaullistes, les indépendants-paysans, les indépendants, les indépendants d’outre-mer, les indépendants et paysans d’action sociale, le parti républicain de la liberté, les paysans, les républicains d’action paysanne et sociale, les républicains de gauche, Les républicains indépendants et Les républicains sociaux.

29 La catégorie « extrême Droite » comprend : les poujadistes et les députés non-inscrits d’extrême droite, notamment autours de Jean-Louis Tixier-Vignancour.

30 La catégorie « Divers » comprend : le Mouvement démocratique de la révolution malgache, les musulman algériens, les musulmans indépendants pour la défense du fédéralisme algérien, le triomphe des libertés démocratiques en Algérie, l’union démocratique du Manifeste algérien, et l’inclassable Marcel Barbu.

31 Une centaine de députés n’exercent pas ces professions et sont exclus de ce tableau.

32 L’agrégation est ouverte aux femmes en 1883.

33 Il faut attendre 1947 pour voir la première femme enseignante dans le domaine littéraire à la Sorbonne. Les femmes professeur d’université, se comptent à l’époque sur les doigts d’une main.

34 Gaxie D, La démocratie représentative, Montchrestien, 2000, p.105

 

Images médicales et traités de médecine, XVIe-XVIIe siècle, Mondes hispaniques par Diana Ospina

L’exposé suivant est présenté par Diana Ospina. Diana Ospina est diplômée de l’Institut national du Patrimoine (MHI / 2012 – Promotion Rose VALLAND). Après une formation universitaire de cinq ans (1998-2003) à l’Instituto Départemental de Bellas Artes de Cali en Colombie, pays dont elle est originaire, elle a poursuivi une formation en Philosophie de l’Art en France et effectué de manière satisfaisante les cursus de la Licence jusqu’au niveau Master 2 Recherche à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialité « Esthétique et Études Culturelles ». En 2019, elle s’est engagée dans la rédaction d’une thèse doctorale en Histoire, sous la direction de M. Grégoire SALINERO, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sur le sujet des Images médicales et traités de médecine (XVe – XVIIe siècle, mondes hispaniques). Entre 2014 et 2017, elle est chargée des collections hispanophones et lusophones à la Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art (BINHA). Parallèlement, elle exerce une activité de consultante, auprès de Nuria SANZ, directrice du bureau UNESCO Mexique. Elle est actuellement chargée de ressources documentaire (IGE) à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR09 Histoire et responsable du centre de recherche d’histoire de l’Amérique Latine et du monde ibérique (CRALMI). Le CRALMI est l’un des cinq centres de recherche de l’UMR 8168-Mondes Américains (CNRS/EHESS).

Dans le corpus d’un auteur de récits de voyages du début du XVIIe siècle, Théodore de Bry, Diana Ospina remarque l’importance de la pensée médicale dans les conceptions du corps et de l’Homme au sens philosophique à l’époque moderne. Il existe une circulation de cette pensée. En étudiant les maladies on peut appréhender la conception du corps et de l’homme à un moment donné. En d’autres termes, rapportés par Mirko Gremk, « les maladies sont des modèles paradigmatiques de la réalité et non des éléments constitutifs de celle-ci ». Cette conception des maladies correspond au terme de pathocénose.

Diana Ospina souhaite se concentrer sur la période de la Renaissance, définie par M. Grmek comme un tournant dans l’histoire médicale du fait de l’apparition de nouvelles pathologies. À ce titre l’espace hispanique constitue une zone de recherche encore peu explorée, et pertinente car lieu de partage de connaissances scientifiques très diverses. L’objectif de la recherche est également de reconstituer à travers ces sources les courants qui ont traversé l’histoire de la médecine, à travers l’usage de la philologie computationnelle et de l’analyse de réseaux. La philologie computationnelle sera essentielle pour le traitement de la littérature des maladies. Plutôt que de déterminer le modèle sous-jacent derrière la réalité (ou modèle paradigmatique) des maladies, il s’agit de de voir la manière dont elles se représentent et sont représentées, autrement dit les modalités de représentation des maladies. Ces courants sont très divers à l’époque moderne. Diana Ospina note également l’importance des images médicales, auxquelles elle souhaite accorder une place à part entière dans son travail.

Pour montrer la pertinence des outils théoriques mobilisés, la recherche devrait examiner en détail le cas de la syphilis. Cette maladie est à l’origine d’un corpus abondant en Europe et en Amérique. Diana Ospina souligne la diversité des sources et des études sur la syphilis, désignée selon des termes très différents. Selon l’auteur, c’est une pathologie redoutée et stigmatisée à partir de laquelle on peut établir une pathocénose des maladies. La production graphique et artistique constitue une part non négligeable de ces sources. Au-delà de leur apparence d’apparat dans le corpus, elles ont une véritable fonction pédagogique, et c’est à ce titre qu’elles doivent être analysées.

L’auteur souhaite donc réaliser une classification des contenus et des images. Ainsi, elle établirait une analyse iconographique pour montrer les liens entre les différentes manières de représenter la maladie. Des études iconographiques existent déjà autour des maladies comme la peste noire, la lèpre, etc. Elle désire faire un panorama de ces représentations au cours d’une période qui irait de 1490 – décennie de la découverte de l’Amérique – jusqu’à 1628 -année de l’établissement du premier Tribunal del Protomedicato en Nouvelle Espagne. Il ne s’agit pas d’un travail uniquement de reconnaissance de l’image mais d’analyse iconographique. Elle projette également d’établir un outil permettant de visualiser la fréquence et la distribution des maladies dans le temps et dans l’espace.

Une classification pour le traitement de ces données sera réalisée notamment sur les textes et les images relatifs à l’étiologie et à la pathologie pour la période 1490 – 1628 et essentiellement sur le corpus hispanique, même si les traités français et italiens sont également à étudier et même s’il y a aussi des traités de médecine médiévale qu’il faudra explorer. Elle précise que les sources précolombiennes ne font pas partie de son corpus, axé sur une analyse plutôt transatlantique. Elle préfère se limiter aux écrits principalement des médecins, même si dans le corpus peut également comporter des textes de chirurgiens et même de « charlatans ».

Conclusion 

On voit par cet exemple que les outils numériques permettent de traiter une masse de corpus conséquente par une seule personne, ce qui était autrefois impossible. En l’occurrence, la philologie computationnelle et l’analyse de réseau permettent de traiter de la représentation des maladies sur plus d’un siècle et de modéliser les différents courants liés à la pratique de la médecine. L’usage du traitement de l’image est aussi intéressant car elle favorise le croisement des sources, et ajoute de la rigueur à l’analyse.

Bibliographie

Bleichmar Daniela, Paula De Vos, Kristin Huffine… [et al.]. Science in the Spanish and Portuguese empires, 1500-1800. Stanford (Calif.) : Stanford University Press, cop. 2009

Brabant, Hyacinthe. Médecins, malades et maladies de la Renaissance. Bruxelles, Belgique: La Renaissance du livre, 1966.

Coste, Joël, et Yves-Marie Bercé, Représentations et comportements en temps d’épidémie dans la littérature imprimée de peste, 1490-1725: contribution à l’histoire culturelle de la peste en France à l’époque moderne. Paris, France: H. Champion, 2007.

Colloque du Puy-en-Velay, et Institut Claude Longeon. Médecins et médecine au XVIe siècle: actes du IXe Colloque du Puy-en-Velay. Édité par Marie Viallon. Saint-Etienne, France: Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2002.

Comas, Juan. El mestizaje cultural y la medicina novohispana del siglo XVI. Valencia, Espagne: Instituto de estudios documentales e históricos sobre la ciencia, 1995.

Delbourgo James et Nicholas Dew. Jacob, Margaret C. Science and empire in the Atlantic world. Édité par New York, NY, Etats-Unis d’Amérique, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, 2008.

Grmek, Mirko Dražen. Les maladies à l’aube de la civilisation occidentale: recherches sur la réalité pathologique dans le monde grec historique, archaïque et classique. Paris, France: Payot, 1994.

Grmek, Mirko Dražen, et Louise L. Lambrichs. La vie, les maladies et l’histoire. Édité et traduit par Louise L. Lambrichs. Paris, France: Ed. du Seuil, 2001.

Jacquart, Danielle. Recherches médiévales sur la nature humaine: essais sur la réflexion médicale (XIIe-XVe s.). Firenze, Italie: Sismel edizioni del Galluzzo, 2014.

Lanning, John Tate. The royal protomedicato: the regulation of the medical professions in the Spanish empire. Édité par John Jay Tepaske. Durham N.C, Etats-Unis d’Amérique: Duke university press, 1985.

Salinero, Gregorio. Une ville entre deux mondes: Trujillo d’Espagne et les Indes au XVIe siècle : pour une histoire de la mobilitéà l’époque moderne. Madrid, Espagne: Casa de Velázquez, 2006.

Compte-rendu de la séance du mercredi 22 janvier 2020 du master Humanités Numériques de l’École nationale des chartes

Cette quatrième séance du séminaire du master Humanités Numériques a été l’occasion d’appréhender les questions de philologies numériques des sources latines médiévales à travers les présentations de deux étudiantes de master.

Oriane Maseda a intégré le master Humanités numériques l’an passé après une licence Humanités classiques, art et patrimoine à Nanterre. L’objectif de ses recherches dans le cadre de ce master est l’édition critique nativement numérique et la traduction d’un texte d’Isidore de Séville.

Elena Ghiringhelli, pour sa part, a été admise directement en septembre en deuxième année du master. Après des études de philologie moderne, elle a enseigné le latin et l’italien. C’est à la suite de son stage au sein du réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme qu’elle s’est tournée vers les humanités numériques en s’intéressant à l’analyse textuelle d’un épithalame du XVe siècle.

C’est d’abord l’intervention d’Oriane qu’il convient de présenter ici car elle nous permet de poser les questions centrales d’ecdotique et d’édition numérique, nécessaires à l’établissement des textes, avant toute analyse. Puis dans un deuxième temps, nous présenterons l’intervention d’Elena, qui, après l’étape d’établissement du texte, utilise les outils numériques pour des analyses textuelles.

L’édition critique numérique du De viris illustribus d’Isidore de Seville

Par oriane Maseda

Ce master est l’occasion pour Oriane Maseda d’éditer et traduire le De viris illustrubus d’Isidore de Séville (v. 530-636). Évêque de Séville, théologien, exégète, grammairien, historien, connu pour sa culture encyclopédique et son œuvre immense, il est l’écrivain latin le plus souvent recopié et lu au Moyen Âge. L’œuvre du De viris illustribus pour sa part reprend une tradition antique particulièrement pratiquée par Suétone. Elle consiste pour Isidore en une œuvre de compilation d’un corpus de vitae. À travers cette œuvre mineure, l’objectif d’Isidore est notamment de préserver et élever le niveau de connaissance parmi les futurs dirigeants de l’Église1.

Comme la plupart des œuvres d’Isidore, le De viris illustribus est beaucoup copié et a donc une grande tradition manuscrite. On le retrouve en effet dans une quarantaine de manuscrits. Le travail d’édition critique traditionnel consiste à établir un texte le plus proche de l’original possible à partir de ses témoins. L’ampleur de la tradition manuscrite et la difficulté de consultation de l’ensemble des manuscrits répartis dans le monde entier, tous n’étant pas numérisés, rendent impossible une collation des textes et donc l’établissement d’un stemma abouti dans le cadre de ce master. C’est donc sur le travail de Carmen Codoner Merino2 publié en 1964 qu’Oriane Maseda s’appuie pour les premières étapes de l’édition du texte. Carmen Codoner Merino a en effet consulté les manuscrits comportant ce texte, et a établi un stemma proposant une interprétation de la transmission du texte. Son objectif final était de réaliser une édition paléographique du texte d’Isidore. Les deux projets sont bien distincts car l’un tente de rendre compte d’une pratique d’écriture dans une perspective diachronique ou à un moment choisi, alors que l’objectif d’Oriane Maseda est un travail philologique qui a pour objectif de fixer un texte. Cependant l’établissement du stemma semble commun à ces deux recherches et est donc légitimement réemployé par Oriane Maseda.

Fig 1 : Stemma Codicum des témoins du De viris illustribus réalisé par Carmen Merino

C’est donc à partir du choix d’un manuscrit de référence et sur la collation des archétypes des témoins manuscrits les plus hauts placés dans ce stemma proposé par Carmen Codoner Merino, qu’Oriane Maseda s’appuie pour dresser un état du texte.

Ce travail d’ecdotique traditionnel est enrichi par l’usage des outils numériques. Oriane Maseda utilise en effet le langage XML qui propose un balisage sémantique permettant d’expliciter certains aspects du texte. Deux des grands avantages de l’usage de ce langage sont d’assurer la préservation des données ainsi qu’une diffusion le plus large possible de ces dernières. À l’intérieur du langage XML, Oriane Maseda a choisi d’utiliser la TEI (Text Encoding Initiative), c’est à dire un ensemble de balises prédéfini qui permet de procéder à une description « scientifique » et « sémantique » d’un texte. « L’idée originelle [de la TEI] était de proposer un ensemble de recommandations sur la façon dont les chercheurs devraient créer des ressources textuelles « lisibles par ordinateur », qui soient adaptées aux besoins de la recherche »3. La TEI est particulièrement adaptée pour des travaux d’édition critique, permettant de rendre au mieux les apparats dans toute leur complexité. Elle donne aussi au philologue de grandes possibilités grâce au large choix de balises. Elle lui permet par exemple d’appréhender différents niveaux du texte en restituant les variantes textuelles mais aussi orthographiques, paléographiques… sans compliquer la lecture. L’encodage en TEI peut aussi être un moyen de relever l’ensemble des variantes et réaliser un stemma par ordinateur avec R notamment. Ce n’est cependant pas l’usage qu’en fait Oriane Maseda ici.

Dans ce travail, l’intérêt incontournable du numérique est lié à la nature même du texte. Le texte du De viris illustribus a été transmis dans une tradition double : une version longue et une version courte. L’édition électronique permet de rendre ce phénomène sans faire de choix entre les deux. Le numérique dans ce projet est aussi particulièrement utile pour le rendu du travail d’édition. Après une transformation opérée avec le langage XSLT, il permet d’afficher les deux versions du texte sans que la lecture en soit perturbée.

La place du numérique, en particulier l’usage de la TEI dans cette première étape du travail philologique illustrée par l’établissement du texte du De Viris illustribus, apparaît donc comme essentiel.

Cependant après l’établissement du texte, d’autres outils numériques peuvent être utilisés pour l’interroger et l’analyser. C’est à travers la présentation d’Elena que nous avons pu approcher ces différents outils.

Le poema epithalamici de Nicolo Gamberto della Porta et l’évolution de l’épithalame de la classicité à la Renaissance

Par Elena Ghiringhelli 

Elena Ghiringhelli se concentre sur l’analyse d’une partie1 d’un épithalame inédit de 1428, écrit pour Filippo Maria Visconti, seigneur de Milan. Il s’agit d’un poème lyrique composé à l’occasion d’un mariage. Il constitue un genre de texte très codifié d’un point de vue stylistique et sémantique et est ancré dans une tradition2. Il est en effet très pratiqué dans l’antiquité et le très haut Moyen Âge jusqu’à Venance Fortunat. Pourtant nous n’en gardons pas de trace pour le Moyen Âge jusqu’au XVe siècle où certains humanistes tentent de renouer avec cette tradition antique dans une tentative d’immitatio.

Fig 2 : modélisation de l’évolution du genre de l’épithalame de l’Antiquité à la Renaissance

C’est le cas de Gamberto della Porta, auteur du poème étudié par Elena qui semble reprendre les codes et le style antique. Cela rend ce texte particulièrement intéressant pour une étude comparée avec un corpus antique.

Ce texte est présent dans un unique témoin manuscrit (Manuscrit Triv. N°698), ce qui suppose ici ni collation ni établissement d’un stemma.

Le travail d’Elena Ghiringhelli consiste en trois étapes, chacune assistée par des outils numériques.

 

La première étape consiste en l’établissement du texte qui suppose un travail de transcription. Elena Ghiringhelli a ici utilisé le numérique en entraînant un modèle de transcription automatique des écritures manuscrites (HTR – Handwritten Text Recognition) avec kraken1. Il s’agit d’un outil d’intelligence artificielle fonctionnant grâce à un réseau de neurones entraîné sur une main ou un modèle d’écriture, grâce à un système d’entrainement et de test. Elena Ghiringhelli est ici parvenue à une un taux de réussite de 94,2 % de reconnaissance de caractères grâce à cet outil. 

1 https://github.com/mittagessen/kraken

La deuxième étape de son travail a été de constituer un corpus d’une vingtaine d’épithalames antiques à partir d’éditions critiques établies pour les comparer à l’œuvre de Gamberto della Porta. Certains étaient présents sur des plateformes telles que Perseus1, d’autres ont été numérisés à l’aide de Transkribus2. Cet outil repose exactement sur le même principe que kraken bien qu’il ne demande pas ici d’entraîner son propre modèle mais de réutiliser des modèles entraînés sur de l’écriture non manuscrite notamment (OCR)3.

1https://github.com/PerseusDL

2https://github.com/transkribus/

3A l’instar de kraken, cet outil est tout à fait capable d’entraîner un modèle. Mais contrairement à ce dernier, Transkribus ne permet pas de rendre accessible les modèles à tous. De plus, l’entraînement se fait sur des serveurs de Transkribus et les résultats appartenant à Transkribus ne peuvent être réutilisés en dehors de la plateforme. En utilisant kraken pour transcrire son manuscrit dans la première étape, Elena a fait le choix d’une plus grande liberté vis à vis de ses données, de son modèle et des conditions d’entraînement de ce dernier. Cela lui permet aussi d’intervenir à plusieurs niveaux, à l’inverse de Transkribus qui gère tout. Cela rend l’enjeu beaucoup plus intéressant au niveau numérique.

Enfin, la troisième étape est celle de l’analyse des textes proprement dite. Elle demande l’utilisation de nombreux outils numériques au service de cette analyse. Il a d’abord été nécessaire de lemmatiser les textes du corpus ainsi que celui de Gamberto della Porta. C’est à l’aide d’un outil numérique : Pyrrha1 développé à l’Ecole des Chartes que ceci a été réalisé. Cet outil a aussi l’avantage de préciser pour chaque mot la POS (Part Of Speech, ou partie du discours), très utile dans les diverses analyses. En effet, le balisage POS donne l’étiquette morpho-syntaxique des mots dans le texte comme correspondant à une partie du discours. Elle est établie à partir de leur définition et de leur contexte d’emploi. La lemmatisation pour sa part attribue la forme canonique de chaque mot, évitant au maximum le bruit dû aux variantes et offrant une meilleure manipulation dans le traitement des données du corpus pour les analyses lexicales.  

1https://github.com/hipster-philology/pyrrha

Pour analyser ces données constituées des lemmes et POS, Elena Ghiringhelli utilise le langage R qui ici n’est pas vraiment un outil mais plutôt un langage particulièrement adapté pour interroger les textes. Elena établit des scripts en R pour effectuer des tests statistiques lui permettant de manipuler, traiter et organiser son corpus et ainsi pouvoir réaliser des représentations graphiques de ses données. Elle a notamment utilisé R pour obtenir : le nombre des mots par texte pour identifier les individus aberrants par exemple, la fréquence des lemmes les plus utilisés, le PCA (Principal Component Analysis) pour voir quelles œuvres sont plus proches d’un point de vue sémantique ainsi que la présence d’hapax (mot unique dans le corpus), ou de néologisme. 

Au-delà des questions purement sémantiques, Elena Ghiringhelli propose l’usage d’un autre outil numérique qui aborde des questions sur des thématiques plus larges, pour une lecture distante du texte : CorText manager1 spécialisé dans le traitement textuel offre un ensemble d’outils d’exploration pour l’analyse de correspondance et le topic modeling, ainsi que des outils de modélisation.

Enfin Elena Ghiringhelli propose l’utilisation d’un dernier outil, Tracer2, qui cherche les réutilisations syntaxiques et sémantiques entre plusieurs textes. Ce dernier outil, par l’étude des références, des citations, des allusions, pourrait permettre de comprendre comment un texte peut être influencé par d’autres.

Par le choix de ce poème de la toute fin du Moyen Age, Elena Ghiringhelli pose la question de la continuité, l’évolution et le réemploi du genre particulier qu’est l’épithalame. Son projet présente un réel intérêt littéraire en cherchant à définir de manière scientifique les usages communs du genre.

Ces analyses proposées à l’aide d’outils numériques n’ont pas encore été menées à leur terme et n’ont donc pas encore été capables de proposer des résultats, schémas ou graphiques. Cependant on observe un réel intérêt des humanités numériques dans les études des textes littéraires en général porteurs de problématiques similaires.

Notes de la présentation d’Oriane Maseda :

  1. Koeppler, Heinz, « De viris illustribus and Isidore of Seville », The Journal of Theological Studies, Vol. 37, No. 145 (janvier, 1936), p. 21 et 33
  2. Voir CODONER MERINO, Carmen, ed., El « De Viris Illustribus » de Isidoro de Sevilla : Estudio y Edición Crítica, Salamanca, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Instituto,1964.
  3. Lou Burnard et Marjorie Burghart, Qu’est-ce que la Text Encoding Initiative ? 2015

Bibliographie indicative pour l’intervention d’Oriane Maseda :

  • CODONER MERINO, Carmen, ed., El « De Viris Illustribus » de Isidoro de Sevilla : Estudio y Edición Crítica, Salamanca, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Instituto,1964.
  • DIAZ Y DIAZ, Manuel Cecilio, De Isidoro al siglo XI : ocho estudios sobre la vida literaria peninsular, El Albir, Barcelona, 1976.
  • FONTAINE, Jacques, Isidore de Séville et la culture classique dans l’Espagne wisigothique, Paris : Etudes augustiniennes, 1983.
  • FONTAINE, Jacques, Culture et spiritualité en Espagne du IVe au VIIe siècle, Variorum Reprints, London, 1986.
  • FONTAINE, Jacques, Isidore de Séville : genèse et originalité de la culture hispanique au temps des Wisigoths, Brepols, Turnhout, 2000.
  • ISIDORE DE SEVILLE, Le livre des hommes illustres ; texte original latin et traduction française Nathalie Desgrugillers-Billard (dir), Ed. Paleo, Clermont-Ferrand, 2009.
  • KOEPPLER, Heinz, « De viris illustribus and Isidore of Seville », The Journal of Theological Studies, Vol. 37, No. 145 (janvier, 1936), p. 16-34.

Notes de la présentation d’Elena Ghiringhelli :

  1. L’epithalame est composé de quatre parties. Elena a fait le choix d’éditer et étudier uniquement la seconde partie.
  2. Elena Ghiringhelli a fait le choix d’éditer, traduire et analyser seulement la deuxième des quatre parties de l’epithalame.

Bibliographie indicative pour l’intervention d’Elena Ghiringhelli :

  • CURTIS, Ernst-Robert, La litterature européenne et le Moyen Age latin, Broché, Paris, 1991.
  • D’ERRICO, Alfonso, L’epitalamio nella letteratura latina, dal fescennino nuziale al c. 62 di Catullo, Annali della Facoltà di lettere e filosofia dell’Università di Napoli, 5, Naples, 1955.
  • MENANDER, Rhetor: Dionysius of Halicarnassus, Ars Rhetorica, Loeb classical library , 539, Harvard University Press, Cambridge, London, 2019.
  • MORELLI, Camillo, « L’epitalamio nella tarda poesia latina », dans Studi Italiani di Fililogia Classica, t. 18, 1910, p. 319-432.  
  • SCHÖCH, Christof, « Topic modeling genre : an exploration of french classical and enlightenment drama » dans Digital Humanities Quarterly, Vol. 11, n. 2, 2017.