Compte-rendu de la séance du mercredi 22 janvier 2020 du master Humanités Numériques de l’École nationale des chartes

Cette quatrième séance du séminaire du master Humanités Numériques a été l’occasion d’appréhender les questions de philologies numériques des sources latines médiévales à travers les présentations de deux étudiantes de master.

Oriane Maseda a intégré le master Humanités numériques l’an passé après une licence Humanités classiques, art et patrimoine à Nanterre. L’objectif de ses recherches dans le cadre de ce master est l’édition critique nativement numérique et la traduction d’un texte d’Isidore de Séville.

Elena Ghiringhelli, pour sa part, a été admise directement en septembre en deuxième année du master. Après des études de philologie moderne, elle a enseigné le latin et l’italien. C’est à la suite de son stage au sein du réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme qu’elle s’est tournée vers les humanités numériques en s’intéressant à l’analyse textuelle d’un épithalame du XVe siècle.

C’est d’abord l’intervention d’Oriane qu’il convient de présenter ici car elle nous permet de poser les questions centrales d’ecdotique et d’édition numérique, nécessaires à l’établissement des textes, avant toute analyse. Puis dans un deuxième temps, nous présenterons l’intervention d’Elena, qui, après l’étape d’établissement du texte, utilise les outils numériques pour des analyses textuelles.

L’édition critique numérique du De viris illustribus d’Isidore de Seville

Par oriane Maseda

Ce master est l’occasion pour Oriane Maseda d’éditer et traduire le De viris illustrubus d’Isidore de Séville (v. 530-636). Évêque de Séville, théologien, exégète, grammairien, historien, connu pour sa culture encyclopédique et son œuvre immense, il est l’écrivain latin le plus souvent recopié et lu au Moyen Âge. L’œuvre du De viris illustribus pour sa part reprend une tradition antique particulièrement pratiquée par Suétone. Elle consiste pour Isidore en une œuvre de compilation d’un corpus de vitae. À travers cette œuvre mineure, l’objectif d’Isidore est notamment de préserver et élever le niveau de connaissance parmi les futurs dirigeants de l’Église1.

Comme la plupart des œuvres d’Isidore, le De viris illustribus est beaucoup copié et a donc une grande tradition manuscrite. On le retrouve en effet dans une quarantaine de manuscrits. Le travail d’édition critique traditionnel consiste à établir un texte le plus proche de l’original possible à partir de ses témoins. L’ampleur de la tradition manuscrite et la difficulté de consultation de l’ensemble des manuscrits répartis dans le monde entier, tous n’étant pas numérisés, rendent impossible une collation des textes et donc l’établissement d’un stemma abouti dans le cadre de ce master. C’est donc sur le travail de Carmen Codoner Merino2 publié en 1964 qu’Oriane Maseda s’appuie pour les premières étapes de l’édition du texte. Carmen Codoner Merino a en effet consulté les manuscrits comportant ce texte, et a établi un stemma proposant une interprétation de la transmission du texte. Son objectif final était de réaliser une édition paléographique du texte d’Isidore. Les deux projets sont bien distincts car l’un tente de rendre compte d’une pratique d’écriture dans une perspective diachronique ou à un moment choisi, alors que l’objectif d’Oriane Maseda est un travail philologique qui a pour objectif de fixer un texte. Cependant l’établissement du stemma semble commun à ces deux recherches et est donc légitimement réemployé par Oriane Maseda.

Fig 1 : Stemma Codicum des témoins du De viris illustribus réalisé par Carmen Merino

C’est donc à partir du choix d’un manuscrit de référence et sur la collation des archétypes des témoins manuscrits les plus hauts placés dans ce stemma proposé par Carmen Codoner Merino, qu’Oriane Maseda s’appuie pour dresser un état du texte.

Ce travail d’ecdotique traditionnel est enrichi par l’usage des outils numériques. Oriane Maseda utilise en effet le langage XML qui propose un balisage sémantique permettant d’expliciter certains aspects du texte. Deux des grands avantages de l’usage de ce langage sont d’assurer la préservation des données ainsi qu’une diffusion le plus large possible de ces dernières. À l’intérieur du langage XML, Oriane Maseda a choisi d’utiliser la TEI (Text Encoding Initiative), c’est à dire un ensemble de balises prédéfini qui permet de procéder à une description « scientifique » et « sémantique » d’un texte. « L’idée originelle [de la TEI] était de proposer un ensemble de recommandations sur la façon dont les chercheurs devraient créer des ressources textuelles « lisibles par ordinateur », qui soient adaptées aux besoins de la recherche »3. La TEI est particulièrement adaptée pour des travaux d’édition critique, permettant de rendre au mieux les apparats dans toute leur complexité. Elle donne aussi au philologue de grandes possibilités grâce au large choix de balises. Elle lui permet par exemple d’appréhender différents niveaux du texte en restituant les variantes textuelles mais aussi orthographiques, paléographiques… sans compliquer la lecture. L’encodage en TEI peut aussi être un moyen de relever l’ensemble des variantes et réaliser un stemma par ordinateur avec R notamment. Ce n’est cependant pas l’usage qu’en fait Oriane Maseda ici.

Dans ce travail, l’intérêt incontournable du numérique est lié à la nature même du texte. Le texte du De viris illustribus a été transmis dans une tradition double : une version longue et une version courte. L’édition électronique permet de rendre ce phénomène sans faire de choix entre les deux. Le numérique dans ce projet est aussi particulièrement utile pour le rendu du travail d’édition. Après une transformation opérée avec le langage XSLT, il permet d’afficher les deux versions du texte sans que la lecture en soit perturbée.

La place du numérique, en particulier l’usage de la TEI dans cette première étape du travail philologique illustrée par l’établissement du texte du De Viris illustribus, apparaît donc comme essentiel.

Cependant après l’établissement du texte, d’autres outils numériques peuvent être utilisés pour l’interroger et l’analyser. C’est à travers la présentation d’Elena que nous avons pu approcher ces différents outils.

Le poema epithalamici de Nicolo Gamberto della Porta et l’évolution de l’épithalame de la classicité à la Renaissance

Par Elena Ghiringhelli 

Elena Ghiringhelli se concentre sur l’analyse d’une partie1 d’un épithalame inédit de 1428, écrit pour Filippo Maria Visconti, seigneur de Milan. Il s’agit d’un poème lyrique composé à l’occasion d’un mariage. Il constitue un genre de texte très codifié d’un point de vue stylistique et sémantique et est ancré dans une tradition2. Il est en effet très pratiqué dans l’antiquité et le très haut Moyen Âge jusqu’à Venance Fortunat. Pourtant nous n’en gardons pas de trace pour le Moyen Âge jusqu’au XVe siècle où certains humanistes tentent de renouer avec cette tradition antique dans une tentative d’immitatio.

Fig 2 : modélisation de l’évolution du genre de l’épithalame de l’Antiquité à la Renaissance

C’est le cas de Gamberto della Porta, auteur du poème étudié par Elena qui semble reprendre les codes et le style antique. Cela rend ce texte particulièrement intéressant pour une étude comparée avec un corpus antique.

Ce texte est présent dans un unique témoin manuscrit (Manuscrit Triv. N°698), ce qui suppose ici ni collation ni établissement d’un stemma.

Le travail d’Elena Ghiringhelli consiste en trois étapes, chacune assistée par des outils numériques.

 

La première étape consiste en l’établissement du texte qui suppose un travail de transcription. Elena Ghiringhelli a ici utilisé le numérique en entraînant un modèle de transcription automatique des écritures manuscrites (HTR – Handwritten Text Recognition) avec kraken1. Il s’agit d’un outil d’intelligence artificielle fonctionnant grâce à un réseau de neurones entraîné sur une main ou un modèle d’écriture, grâce à un système d’entrainement et de test. Elena Ghiringhelli est ici parvenue à une un taux de réussite de 94,2 % de reconnaissance de caractères grâce à cet outil. 

1 https://github.com/mittagessen/kraken

La deuxième étape de son travail a été de constituer un corpus d’une vingtaine d’épithalames antiques à partir d’éditions critiques établies pour les comparer à l’œuvre de Gamberto della Porta. Certains étaient présents sur des plateformes telles que Perseus1, d’autres ont été numérisés à l’aide de Transkribus2. Cet outil repose exactement sur le même principe que kraken bien qu’il ne demande pas ici d’entraîner son propre modèle mais de réutiliser des modèles entraînés sur de l’écriture non manuscrite notamment (OCR)3.

1https://github.com/PerseusDL

2https://github.com/transkribus/

3A l’instar de kraken, cet outil est tout à fait capable d’entraîner un modèle. Mais contrairement à ce dernier, Transkribus ne permet pas de rendre accessible les modèles à tous. De plus, l’entraînement se fait sur des serveurs de Transkribus et les résultats appartenant à Transkribus ne peuvent être réutilisés en dehors de la plateforme. En utilisant kraken pour transcrire son manuscrit dans la première étape, Elena a fait le choix d’une plus grande liberté vis à vis de ses données, de son modèle et des conditions d’entraînement de ce dernier. Cela lui permet aussi d’intervenir à plusieurs niveaux, à l’inverse de Transkribus qui gère tout. Cela rend l’enjeu beaucoup plus intéressant au niveau numérique.

Enfin, la troisième étape est celle de l’analyse des textes proprement dite. Elle demande l’utilisation de nombreux outils numériques au service de cette analyse. Il a d’abord été nécessaire de lemmatiser les textes du corpus ainsi que celui de Gamberto della Porta. C’est à l’aide d’un outil numérique : Pyrrha1 développé à l’Ecole des Chartes que ceci a été réalisé. Cet outil a aussi l’avantage de préciser pour chaque mot la POS (Part Of Speech, ou partie du discours), très utile dans les diverses analyses. En effet, le balisage POS donne l’étiquette morpho-syntaxique des mots dans le texte comme correspondant à une partie du discours. Elle est établie à partir de leur définition et de leur contexte d’emploi. La lemmatisation pour sa part attribue la forme canonique de chaque mot, évitant au maximum le bruit dû aux variantes et offrant une meilleure manipulation dans le traitement des données du corpus pour les analyses lexicales.  

1https://github.com/hipster-philology/pyrrha

Pour analyser ces données constituées des lemmes et POS, Elena Ghiringhelli utilise le langage R qui ici n’est pas vraiment un outil mais plutôt un langage particulièrement adapté pour interroger les textes. Elena établit des scripts en R pour effectuer des tests statistiques lui permettant de manipuler, traiter et organiser son corpus et ainsi pouvoir réaliser des représentations graphiques de ses données. Elle a notamment utilisé R pour obtenir : le nombre des mots par texte pour identifier les individus aberrants par exemple, la fréquence des lemmes les plus utilisés, le PCA (Principal Component Analysis) pour voir quelles œuvres sont plus proches d’un point de vue sémantique ainsi que la présence d’hapax (mot unique dans le corpus), ou de néologisme. 

Au-delà des questions purement sémantiques, Elena Ghiringhelli propose l’usage d’un autre outil numérique qui aborde des questions sur des thématiques plus larges, pour une lecture distante du texte : CorText manager1 spécialisé dans le traitement textuel offre un ensemble d’outils d’exploration pour l’analyse de correspondance et le topic modeling, ainsi que des outils de modélisation.

Enfin Elena Ghiringhelli propose l’utilisation d’un dernier outil, Tracer2, qui cherche les réutilisations syntaxiques et sémantiques entre plusieurs textes. Ce dernier outil, par l’étude des références, des citations, des allusions, pourrait permettre de comprendre comment un texte peut être influencé par d’autres.

Par le choix de ce poème de la toute fin du Moyen Age, Elena Ghiringhelli pose la question de la continuité, l’évolution et le réemploi du genre particulier qu’est l’épithalame. Son projet présente un réel intérêt littéraire en cherchant à définir de manière scientifique les usages communs du genre.

Ces analyses proposées à l’aide d’outils numériques n’ont pas encore été menées à leur terme et n’ont donc pas encore été capables de proposer des résultats, schémas ou graphiques. Cependant on observe un réel intérêt des humanités numériques dans les études des textes littéraires en général porteurs de problématiques similaires.

Notes de la présentation d’Oriane Maseda :

  1. Koeppler, Heinz, « De viris illustribus and Isidore of Seville », The Journal of Theological Studies, Vol. 37, No. 145 (janvier, 1936), p. 21 et 33
  2. Voir CODONER MERINO, Carmen, ed., El « De Viris Illustribus » de Isidoro de Sevilla : Estudio y Edición Crítica, Salamanca, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Instituto,1964.
  3. Lou Burnard et Marjorie Burghart, Qu’est-ce que la Text Encoding Initiative ? 2015

Bibliographie indicative pour l’intervention d’Oriane Maseda :

  • CODONER MERINO, Carmen, ed., El « De Viris Illustribus » de Isidoro de Sevilla : Estudio y Edición Crítica, Salamanca, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Instituto,1964.
  • DIAZ Y DIAZ, Manuel Cecilio, De Isidoro al siglo XI : ocho estudios sobre la vida literaria peninsular, El Albir, Barcelona, 1976.
  • FONTAINE, Jacques, Isidore de Séville et la culture classique dans l’Espagne wisigothique, Paris : Etudes augustiniennes, 1983.
  • FONTAINE, Jacques, Culture et spiritualité en Espagne du IVe au VIIe siècle, Variorum Reprints, London, 1986.
  • FONTAINE, Jacques, Isidore de Séville : genèse et originalité de la culture hispanique au temps des Wisigoths, Brepols, Turnhout, 2000.
  • ISIDORE DE SEVILLE, Le livre des hommes illustres ; texte original latin et traduction française Nathalie Desgrugillers-Billard (dir), Ed. Paleo, Clermont-Ferrand, 2009.
  • KOEPPLER, Heinz, « De viris illustribus and Isidore of Seville », The Journal of Theological Studies, Vol. 37, No. 145 (janvier, 1936), p. 16-34.

Notes de la présentation d’Elena Ghiringhelli :

  1. L’epithalame est composé de quatre parties. Elena a fait le choix d’éditer et étudier uniquement la seconde partie.
  2. Elena Ghiringhelli a fait le choix d’éditer, traduire et analyser seulement la deuxième des quatre parties de l’epithalame.

Bibliographie indicative pour l’intervention d’Elena Ghiringhelli :

  • CURTIS, Ernst-Robert, La litterature européenne et le Moyen Age latin, Broché, Paris, 1991.
  • D’ERRICO, Alfonso, L’epitalamio nella letteratura latina, dal fescennino nuziale al c. 62 di Catullo, Annali della Facoltà di lettere e filosofia dell’Università di Napoli, 5, Naples, 1955.
  • MENANDER, Rhetor: Dionysius of Halicarnassus, Ars Rhetorica, Loeb classical library , 539, Harvard University Press, Cambridge, London, 2019.
  • MORELLI, Camillo, « L’epitalamio nella tarda poesia latina », dans Studi Italiani di Fililogia Classica, t. 18, 1910, p. 319-432.  
  • SCHÖCH, Christof, « Topic modeling genre : an exploration of french classical and enlightenment drama » dans Digital Humanities Quarterly, Vol. 11, n. 2, 2017.