Présentation d’Emilien ARNAUD : Spatialisation de l’urgence au cours de la Révolution française – la vitesse comme outil politique dans le système révolutionnaire

La séance du 19 janvier 2022 du séminaire du master Humanités Numériques débute par une présentation du projet de recherche d’Emilien Arnaud, titulaire d’un master d’Histoire et anthropologie des sociétés médiévales et modernes à l’université Panthéon-Sorbonne. Dans le prolongement de ses travaux antérieurs qui portaient sur les chronopolitiques de la diffusion de la loi et de la volonté révolutionnaire entre 1789 et 1799, Emilien analyse aujourd’hui la vitesse comme outil politique dans le système révolutionnaire français afin de répondre aux problématiques suivantes : où se situe l’urgence, et d’où parle-t-on lorsque l’on parle d’urgence dans la loi pendant la période révolutionnaire ? Comment le mot « urgence », qui est un néologisme qui date de la Révolution, devient-il une procédure constitutionnelle ? Comment passe-t-on de l’exceptionnalité à l’urgence, de l’urgence à l’état d’urgence ?

Pour cela, Emilien Arnaud historicise la vitesse de diffusion d’une information en comparant de larges bases de données qui témoignent de ces différents rythmes, en distinguant le rythme normal de la diffusion de la loi et le rythme exceptionnel propre à la la transmission des missives les plus importantes.

I – Les prémisses de cette recherche : découvertes et apories au cours du Master d’Histoire et du Master 1 Humanités numériques

Le séminaire débute par une présentation des recherches antérieures de l’intervenant afin de montrer ce qui lui a permis d’aboutir à cette problématique.

Emilien avait travaillé sur les réseaux de poste au cours de son Master d’Histoire. Il a par exemple étudié cette carte dans laquelle nous pouvons voir où meurent les chevaux afin de déterminer les zones où la vitesse est mobilisée.

Figure 1 : Carte du nombre de morts de chevaux en France (an III)

Il a lui-même créé sa base de données qu’il a liée avec des champs QGIS pour montrer l’ensemble des relais de poste en France.

Figure 2 : Liaison de champs QGIS à une base de données par Emilien Arnaud

Emilien souhaite étudier la cohabitation de la vitesse extraordinaire et de la vitesse ordinaire. Pour calculer cette dernière, il utilise la méthode de la régression bidimensionnelle : il crée une base de données qui contient les dates d’arrivée de 200 bulletins de loi dans chacun des chefs-lieux des départements de la République, soit au total 17.500 entrées sous forme de dates. Il modélise et déforme la France suivant le temps d’accès réel aux lois.

Figure 3 : La France déformée par le temps d’arrivée des bulletins des lois aux chefs-lieux des départements (octobre 1795-mai 1796) par Emilien Arnaud

L’on constate grâce à cela que, par exemple, la Bretagne est très éloignée, sûrement pour des raisons d’infrastructures : peut-être est-ce pour cette raison que l’on y envoie beaucoup de courriers extraordinaires ? Emilien détecte également l’existence d’axes très importants, notamment vers Strasbourg ou Marseille.

Dans la continuité de ces premières recherches, Emilien avait trois objectifs distincts pour son Master 1 Humanités numériques.

Le premier était de spatialiser l’espace imaginaire de la loi, c’est-à-dire, de situer l’endroit dont elle parle. En effet, la loi de la Révolution fait souvent référence à des situations particulières, elle n’a pas de prétention nationale ou universelle et peut ainsi vouloir s’appliquer à un espace en particulier.

Puis, il souhaitait comparer l’usage et les thèmes co-occurents des décrets d’urgence et des décrets non urgents.

Enfin, son troisième but était de lier trois bases de données sur le droit de la Révolution : celle de la collection Baudouin, de la collection du Louvre, et les Archives Parlementaires. Il procède à cette liaison grâce à un parsage en XML et à la création d’un identifiant unique pour chaque décret du corpus.

Figure 4 : Format des identifiants uniques.

Ces identifiants auraient pu être liés par le calcul d’une similarité de Jacquart, mais cet algorithme était trop complexe et chronophage : comparer 30.000 fois un décret avec 10.000 lois aurait représenté 650 heures de calcul. En outre, l’ARTFL (Université de Chicago) a présenté au colloque « Le Directoire fait sa loi » (Sorbonne, septembre 2021) son projet « Intertextual Hub », qui accomplit l’objectif visé par Emilien en M1, et ce, avec un indice de similarité beaucoup plus précis.

Figure 5 : Le projet “Intertextual Hub”.

II – Redéfinition du projet au cours du Master 2 Humanités numériques : la question de l’urgence et de son lexique

Suite aux avancées de l’ARTFL sur le sujet, Emilien Arnaud a jugé que son mémoire de Master 1 Humanités numériques avait perdu en pertinence et a été contraint de redéfinir son projet en Master 2. Il a choisi, pour cela, d’étudier le point aveugle de son mémoire d’Histoire sur les acteurs des chronopolitiques révolutionnaires : la question de l’urgence. Il souhaite compléter ses premières analyses, qui se concentraient sur les acteurs et les réseaux, par du lexique et une traduction en droit des enjeux chronopolitiques. Il étudie les mots et les espaces pensés par et dans cette urgence au sein de trois approches différentes : l’étude de l’articulation entre urgence et exception, la cartographie de l’urgence, et la lecture distante des décrets.

Emilien cherche à déterminer ce qu’il advient de l’urgence après la Constitution de 1792. En effet, lorsque l’on regarde l’emploi du mot « urgence » dans la Collection Baudouin entre 1789 et 1798, l’on constate trois phases qui correspondent à trois régimes différents : l’une où le mot apparaît en tant que procédure constitutionnelle, une deuxième phase en 1792 où le mot est très utilisé, puis une phase de chute brutale de l’utilisation du mot à partir du 22 septembre 1792, date qui correspond à l’établissement de la Convention.

Figure 6 : Utilisation du mot “urgence” dans la Collection Baudouin, 1789-1798.

Emilien se réfère à l’œuvre de Ninon Grangé qui affirme que l’exception regroupe trois caractéristiques : un impératif d’action que l’on peut rapprocher de l’urgence, la nécessité (ou impossibilité du choix), l’effroi (ou imminence de l’extinction politique). Cette troisième caractéristique, l’effroi, apparaît clairement au moment de la Terreur alors que l’urgence a disparu. L’état d’exception remplace-t-il alors l’état d’urgence ? Cette question représente un enjeu capital car elle revient à se demander s’il faut accepter ou non la perte de contrôle de la Révolution française par ses législateurs. Peut-on parler d’une dictature du Comité de Salut public ?

Emilien décrit dans son mémoire l’urgence révolutionnaire comme un refus de l’exceptionnalité, dans la mesure où l’urgence accélère les événements non pas pour révolutionner mais pour assurer la continuité des structures politiques souveraines.

Paul Virilio, philosophe et penseur marxiste de la vitesse, dénonce l’« immobilité fulgurante » du monde d’aujourd’hui, où le déchaînement des évènements et décisions politiques cache une immobilité profonde des structures de pouvoir. Ce que l’on constate au cours de la Révolution est assez similaire : lorsque l’Assemblée parle de l’urgence, elle le fait pour rassurer ses citoyens, pour montrer qu’ils ont conscience de leur devoir faire preuve de sagesse en tant que législateurs et représentants de la volonté générale dans ce contexte politique particulier. L’urgence permet alors de concilier alors l’état de droit et les tensions intrinsèques à une situation révolutionnaire.

Comment alors spatialiser l’urgence en montrant l’espace auquel pensaient les législateurs lorsqu’ils utilisaient ce mot ? Emilien choisit de procéder en premier lieu à une annotation des décrets. Il a tout d’abord créé un Rule-Based Matching afin d’identifier des patterns. Il a ensuite constitué un corpus d’entraînement afin de créer et de perfectionner un modèle Spacy qui annotera automatiquement toutes les mentions de lieu dans les 30.000 décrets de la collection Baudouin.

Figure 7 : Le Ruled-Based Matching : création et identification d’un pattern.

L’enjeu est pour l’instant de cartographier l’urgence dans les districts, avec pour objectif de parvenir ensuite à une annotation automatique de l’ensemble des décrets de la collection Baudouin, bien qu’il réfléchisse encore à en annoter une partie manuellement.

Son troisième mode d’analyse est le topic modeling. Il pensait pour cela utiliser les outils proposés par Intertextual Hub, mais ceux-ci n’ont pas fourni de résultats concluants.

Figure 8 : Premiers résultats du topic modeling

En effet, avec cet outil de l’ARTFL, il n’est pas possible d’effectuer un bornage chronologique. Or, Emilien aurait souhaité comparer deux urgences différentes : celle de la période 1791-1795 durant laquelle le législatif s’est approprié un pouvoir exécutif, puis celle du Directoire, période pour laquelle Michel Verpeaux parle de « naissance du pouvoir réglementaire », c’est-à-dire un moment où l’assemblée nationale perd des prérogatives au profit de l’exécutif. Il serait incohérent de réunir deux périodes au cours desquelles le même terme d’urgence n’avait pas la même signification. En outre, cet outil ne permet pas de résoudre l’aporie de la période creuse dans l’utilisation du mot urgence que l’on constate entre 1792 et 1795.

Trois approches sont considérées pour résoudre le problème.

En premier lieu, Emilien formule une hypothèse selon laquelle le Bulletin de la Convention deviendrait entre 1792 et 1795 le relai des lois les plus urgentes : il envisage ainsi de comparer les topics entre les décrets d’urgence de 1791-1792 aux lois passées dans le Bulletin de la Convention entre 1792 et 1795. Il pense également à élargir son corpus en mettant à profit les possibilités ouvertes par la publication par l’ARTFL de la Newsberry Collection qui contient 30 000 pamphlets de la période révolutionnaire numérisés et océrisés et pourrait lui permettre de discerner de nouvelles mentions de l’urgence. Enfin, il émet, en comparant l’urgence de 1791 et l’urgence de 1796, l’hypothèse d’un changement de nature de l’urgence, qui passerait d’une « urgence législative » à une « urgence exécutive ».

III – Portée de ces recherches

Emilien distingue trois grands objectifs pour sa recherche.

Le premier est de documenter la genèse de l’état d’urgence d’aujourd’hui. En effet, il affirme que nous sommes dans un état d’urgence exécutif tandis que l’état d’urgence révolutionnaire était législatif. L’étude de ce dernier pourrait ainsi être heuristique pour comprendre notre propre situation.

Son second objectif est d’ordre scientifique. Il souhaite corriger des imprécisions qu’il a remarquées au sein des dates de la Collection Baudouin, collection qui avait été produite par une ANR archaïque. Emilien y a compté et corrigé manuellement 1.750 erreurs de saisie.

Enfin, il souhaite améliorer l’accessibilité de ces données par une publication de données enrichies des lieux qui auraient été annotés de manière automatique.

IV – Bibliographie

  • Ninon Grangé, L’urgence et l’effroi. L’état d’exception, la guerre et les temps politiques, Lyon, ENS Éditions, 2018
  • Giorgio Agamben, État d’exception, Homo sacer, Paris, Éditions du Seuil, 2003
  • Paul Virilio, Vitesse et politique: essai de dromologie, Paris, Galilée, 1977
  • Dépôt GitHub d’Emilien Arnaud : https://github.com/EmArnaud/M2_HN_scripts
  • Michel Verpeaux, La Naissance du pouvoir réglementaire (1789-1799), 1991
  • https://intertextual-hub.uchicago.edu/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search