Compte-rendu de la séance du 15 décembre 2021

Lors de la séance du 23 Décembre 2021 qui s’est tenue dans la salle Delisle au 65 rue de Richelieu, deux intervenants ont pris la parole pour animer le séminaire : Jean Barré tout d’abord, titulaire d’une licence en Lettres modernes et d’une licence en Informatique, puis Hippolyte Souvay, titulaire d’une licence en Sciences humaines et sociales mention Histoire et d’un master de recherche en Études médiévales interdisciplinaires. Tous deux sont étudiants en deuxième année de Master Humanités numériques et computationnelles à l’université PSL. Chacune de leurs interventions a été suivie d’une séance de questions animée à l’intention de l’audience.

Jean Barré a présenté son travail sur le prestige littéraire en lecture distante à partir des constituants de la valeur littéraire, leur évaluation computationnelle et leur présence au sein du canon littéraire ; Hippolyte Souvay a exposé ses recherches prosographiques sur l’échevinat des métiers strasbourgeois.

I. Présentation de Jean Barré – Mesurer la valeur littéraire : Études littéraires computationnelles, histoire littéraire, lecture distante, traitement automatique de la langue

Pour son mémoire, Jean Barré explore le concept de lecture distante introduit par Franco Moretti en 2013 : il applique ses hypothèses au corpus ANR Chapitres, constitué de 2968 romans publiés entre le XIXe et le XXe siècle, certains appartenant au canon littéraire, d’autres non.

Figure 1 : Répartition du corpus dans le temps

Son travail est ainsi fondé sur des recherches réalisées au Stanford Literary Lab, lesquelles montraient qu’il existe des différences textuelles et stylistiques marquées entre les œuvres appartenant au canon littéraire et les autres. Le canon littéraire a été défini lors de son intervention comme étant « une règle, un modèle, une norme à imiter ».

1. Hypothèses de départ et résultats : les dynamiques textuelles entre canon et non-canon, traitement du corpus et calcul de la variété lexicale

Dans la prolongation de cette étude, Jean Barré cherchait à démontrer l’existence de dynamiques textuelles entre le canon et le non-canon ; dynamiques qui assureraient à certains ouvrages leur pérennité. Son hypothèse de départ était que pour élaborer le canon, une sélection successive des textes les plus informatifs avait été effectuée au détriments des autres œuvres. Dans ce sens, il aurait alors été possible d’extraire des textes des éléments quantifiables, tout particulièrement concernant la variété lexicale, qui constitueraient alors un ‘critère de canonicité’.

Les méthodes et outils employés à cet égard sont l’outillage SpaCy, la stylométrie roulante ainsi que les théorèmes d’entropie de Shannon et du ratio type-token, aussi appelé dichotomie type-jeton. La chaîne de traitement automatisé appliquée au corpus est la suivante :

Chaîne de traitement : Corpus puis Pré-traitement puis Lemmatisation et étiquetage Part-Of-Speech avec SpaCy puis Nettoyage et Normalisation du texte puis Découpage des textes en morceaux de 1000 tokens puis Liste de lemmes et de bigrammes de lemmes puis Calcul de l'entropie et du type-token puis Résultats

Figure 2 : Chaîne de traitement du corpus

SpaCy est une bibliothèque logicielle Python sous licence MIT permettant le traitement automatique des langues. Ses points de focalisation sont la tokenization et la reconnaissance d’entités nommées : ce sont ces spécialisations qu’a mobilisées Jean Barré dans ses recherches, en utilisant le Part-of-Speech (POS) de SpaCy pour étiqueter les mots selon leur catégorie grammaticale, avant de découper les textes en morceaux de 1000 tokens. Les données récupérées ont permis de réaliser un rangement en deux dimensions : tout d’abord une liste de lemmes, puis une liste de bigrammes de lemmes. Une fois ces listes établies, deux théorèmes ont été employés afin d’en tirer des conclusions formelles.

Le calcul du ratio type-token repose sur une corrélation entre des classes d’objets, les types, et les instances de ces classes, les tokens. Le ratio type-token (TTR) est alors modélisé de la manière suivante :

TTR = (100 fois nombre_types) divisé par nombre_tokens

nbtypes est le nombre de types et nbtokens le nombre de tokens.

Le calcul de l’indice de Shannon révèle l’importance des ‘espèces’ choisies dans un texte, ici, les bigrammes de lemmes. Ce théorème issu des théories de l’information permet de quantifier le contenu informationnel des textes du canon. Il se modélise de la manière suivante :

H' = - (Somme pour i allant de 1 à R de [pi fois logarithme népérien en base 2 fois pi] )

R est le nombre d’espèces et pi est la proportion d’individu pour chaque espèce dans un échantillon.

2. Modélisation visuelle des données obtenues et conclusions

Le calcul du ratio type-token avec des tokens de taille non-variable, chaque token ayant une taille de 1000 mots, permet de quantifier la redondance lexicale d’un texte à travers l’étude de ses lemmes. Plus ce ratio est donc élevé, moins le texte est redondant. Le graphique qui suit, avec une régression non-linéaire pour plus de lisibilité, présente ces résultats en indiquant sur l’axe des ordonnées la moyenne type-token de chaque roman et sur l’axe des abscisses l’année de parution de chaque roman.

Figure 3 : Mesure de la redondance des lemmes

Les variations ayant lieu durant le XXe siècle sont singulières : le groupe des archives et des canons connaissent en effet une séparation marquée du début des années 1940 jusqu’aux années 1980, période durant laquelle la variété lexicale des productions littéraires non-canoniques décroît.

L’application de l’indice de Shannon sur le corpus et ses deux sous-groupes constitue ensuite un approfondissement de ce premier examen :

Figure 4 : Mesure de la redondance des bigrammes de lemmes

L’utilisation de l’indice de Shannon a produit dans les recherches de Jean Barré des résultats différents de ceux obtenus par l’équipe du Stanford Literary Lab, lesquels présentaient une démarcation plus marquées entre les deux sous-corpus. Toutefois, la période incriminée précédemment est à nouveau mise en évidence sur le schéma : il semble y avoir eu une métamorphose du canon littéraire sur un plateau d’environ une cinquantaine d’année, de 1940 à 1980-90.

L’hypothèse de départ sur les dynamiques textuelles n’est donc pas validée empiriquement. Mais les résultats obtenus soulèvent une singularité sous la forme d’une démarcation entre les deux corpus et une augmentation de la redondance dans les ouvrages canoniques s’étalant sur une période de cinquante ans. Jean Barré a alors conjecturé que cette singularité représentait le mouvement du Nouveau Roman, sur la base des observations suivantes : la situation temporelle correspond ; le registre de langue familier et l’oralité du discours dans ce genre pourraient expliquer la redondance en hausse. La période et le mouvement du Nouveau Roman auraient alors été marqués par une modification profonde des critères de canonicité.

3. Mise à jour des objectifs de recherche et pistes en cours d’analyse

Après avoir exposé le résultat de ses recherches, Jean Barré a effectué un retour critiques sur ces derniers et leurs limites. En effet, il interroge la définition de ‘canonique’ établie pour le corpus ANR Chapitres qu’il utilise, laquelle se base sur le nombre de recherche effectuée pour un titre sur le site www.fabula.org. Cette définition est faite de manière binaire à l’échelle des auteurs et non des ouvrages. En outre, l’hypothèse de départ sur la redondance et le contenu informatif des ouvrages canoniques était trop superficielle pour saisir les liens potentiels entre une réalité textuelle et les contextes de la production littéraire.

Jean Barré a donc décidé d’enrichir son corpus, tout d’abord avec le corpus contemporain de leur réception, puis en élargissant sa définition de canon : il a ainsi choisi d’établir un indice de canonicité entre 0 et 1 pour examiner le prestige littéraire, qu’il envisage à la manière de Bourdieu comme « probabilité qu’un auteur soit discuté, étudié et enseigné dans le champ littéraire contemporain ». Cet indice de canonicité sera établi à partir de plusieurs paramètres, quatre se trouvant déjà être établis : la publication en œuvre complète aux éditions de la Pléiade ; la publication avec appareil critique aux éditions Gallimard-Flammarion ; une récupération des listes des textes au programme de l’agrégation depuis 1969 ; le nombre de citation dans le Lagarde et Michard. L’objectif de ces recherches serait donc de formaliser la littérarité d’un texte, en partant de l’hypothèse de recherche qu’elle « est un des critères de sélection des chercheurs en littérature pour déterminer si un texte vaut la peine d’être étudié. Cela expliquerait la persistance temporelle des textes. ». La littérarité peut déjà être formalisée à partir de facteurs textuels, grammaticaux, lexicaux et stylistiques, comme par exemple la longueur des phrases, leur complexité syntaxique, la distribution lexicale des textes et la détection de stylèmes fondés sur les mots-outils. Cela lui permettrait alors de concentrer ses données sur les textes considérés comme étant les ‘plus’ littéraires selon cette formalisation.

À terme, cette approche devrait produire un modèle de prédiction de la canonisation d’une œuvre en recherchant une éventuelle corrélation entre littérarité et prestige littéraire. Jean Barré prévoit d’entraîner un modèle statistique (SVM) sur les caractéristiques textuelles de la littérarité, puis de comparer le résultat des deux approches, entre les contextes et les caractéristiques textuelles des textes. Il a également décidé d’appliquer ces outils aux problématiques du standard du jugement esthétique et de son évolution au cours du temps, de la démarcation au sein de la production littéraire d’une composante textuelle particulière favorisant sa réception et son étude, et du phénomène social de la reconnaissance littéraire.

4. Bibliographie

Jean Barré, dépôt Github de ses recherches, https://github.com/crazyjeannot/canons

Matt Honnibal et Ines Montani, bibliothèque logicielle SpaCy, https://github.com/explosion/spaCy

Franco Moretti (2013) Distant reading

M. Algee-Hewitt, S. Allison, M. Gemma, R. Heuser, F. Moretti and H. Walser.,Stanford Literary Lab(2016) Canon/Archive, Large scale dynamics in the literary field

Pierre Bourdieu (1992) Les règles de l’art : Genèse et structure du champ littéraire

II. Présentation d’Hippolyte Souvay : Prosopographie et analyse de groupe social : l’échevinat des métiers strasbourgeois à la fin du Moyen-Âge

Le mémoire d’Hippolyte Souvay porte sur les échevins de Strasbourg au XVe siècle. Il introduit son sujet de recherche en expliquant ce que l’étude de la qualité d’échevin strasbourgeois a de pertinent pour l’étude historique. L’échevinat est à l’origine un office attribué à vie, mais de manière non héréditaire, par l’évêque à des notables strasbourgeois pour l’assister à gouverner la ville dont il était le seigneur. Cet office a subi plusieurs mutations au cours de la période concernée se faisant le reflet des évolutions sociales et de classe de l’époque : il s’articule notamment en parallèle de l’émancipation de la communauté bourgeoise et de la reconnaissance du statut de ville libre par l’empereur. Ces éléments concourent ainsi à l’évolution des rapports de force dans la société urbaine, et contribuent à faire de Strasbourg une ville unique de par son gouvernement. Originellement destiné aux ministériaux des évêques, l’échevinat devint ensuite l’apanage des bourgeois des Métiers. Rappelons que l’échevinat est d’abord uniquement occupé par des patriciens, avant de s’ouvrir progressivement aux Métiers dans les années 1330. Après un nouvel épisode de violences urbaines en 1349, les bourgeois des Métiers constitués en corporations professionnelles et politiques confisquent définitivement le pouvoir aux patriciens. L’échevinat devient alors l’instance de représentation la plus étendue des bourgeois de la ville. L’office est intimement lié au système des corporations (Zünfte) et à la magistrature d’ammeistre (magister scabinorum ou Ammeister). En 1433, les échevins reçurent de nouvelles prérogatives. Il incombait désormais à chaque collège échevinal corporatif d’élire en son sein un membre qui allait représenter la corporation et ses intérêts au conseil de la ville. La tâche d’élire le conseil sortant incombait auparavant au conseil sortant. Il s’agit, en apparence du moins, d’une mesure permettant une plus grande participation politique des bourgeois. Le conseil fixe également le nombre d’échevins à 15 par corporation, bien que cette mesure ne soit pas respectée et que la répartition continue longtemps à être inégale.

Figure 5 : Répartition des 379 échevins strasbourgeois dans les différentes corporations aux alentours de 1444

En remarquant que l’étude de l’échevinat strasbourgeois et de son évolution institutionnelle s’était toujours cantonnée aux textes de loi, Hippolyte Souvay propose de réaliser une prosopographie numérique à partir des sources administratives. Il s’agit en l’occurrence d’identifier par l’exploitation de ces textes les fonctions tacites de l’échevinat et les dynamiques internes aux collèges échevinaux corporatifs. Les problématiques centrales portent sur plusieurs points, dont nous dressons ici une liste non exhaustive : tous les échevins finissent-ils par briguer les plus hautes magistratures du système institutionnel strasbourgeois ? L’ascension politique concerne-t-elle une majorité des échevins, ou au contraire seulement une minorité d’entre eux ? Existe-t-il une discrimination entre les carrières des échevins selon leur métier et leur corporation ?

Le travail technique réalisé a permis la retranscription et l’étiquetage des sources brutes, puis l’extraction de données et leur confrontation. L’intervenant s’est tout d’abord heurté à l’écueil du manque de données : en effet, il n’existe pas de source sérielle qui liste les échevins strasbourgeois de chaque corporation. La recherche de sources s’est alors concentrée sur les échevins agissant en qualité de représentants des corporations au conseil et d’ammeistre, leur composition ayant été documentée en détail sur la période du XVe siècle. Hippolyte Souvay a exploité deux sources notables : le premier livre de bourgeoisie daté du XVe siècle, indexé et édité par Jacques Hatt en 1963, où sont recopiées en début de registre les listes des membres du conseil, dont les représentants des métiers sont échevins, jusqu’en 1603 ; puis une liste d’armement de 1444 qui a la particularité de lister la totalité des bourgeois de la ville, nominalement et par corporation, contraints à participer à l’effort de guerre. Les échevins y sont listés à part ; de ce fait, l’effectif total et les identités des membres de l’échevinat strasbourgeois nous sont connus pour l’an 1444. Le croisement de ces deux documents permet donc de retracer l’évolution des échevins strasbourgeois au milieu du XVe siècle, une période représentative pour la ville qu’est Strasbourg à la fin du Moyen Âge.

1. Numérisation et modélisation des données en réseau

Après avoir d’abord considéré l’élaboration d’un modèle de transcription automatique Kraken via EScriptorium, Hippolyte Souvay s’est finalement attaché à effectuer une retranscription manuelle de ses sources, ce en raison du grand nombre de plumes impliquées dans leur création. Cette transcription a concerné 100 listes du conseil (1400-1499) et des listes d’armement des échevins des métiers (1444). Les choix de transcription se sont portés sur le développement des abréviations et la non-normalisation des mots, malgré le fait qu’ils soient pour la plupart fortement marqués par spécificités dialectales des employés de la chancellerie qui y ont collaboré. La normalisation des noms des échevins a quant à elle été repoussée à une étape ultérieure, pour éviter des erreurs lors de la réunion des différentes mentions d’un même échevin en une seule autorité.

C’est à partir de cette retranscription maintenant numérisée que l’intervenant a réalisé un étiquetage XML des données prosopographiques exploitables, en reprenant les conventions grammaticales développées par le consortium TEI. Son premier jeu de balise est dédié à la traçabilité des informations dans la source, ce qui permet d’accéder aux métadonnées des échevins mentionnés :

BaliseContenuAttributs
pbnouvelle pagen(nombre)
cbnouvelle colonnen(nombre)
lbnouvelle lignen(nombre)
pparagraphe

Son second jeu de balise encode les métadonnées et données en question en dressant le profil d’un échevin :

BaliseContenuAttributs
divnouveau sous-ensemble d’individustype(sous-ensemble), n(nom)
persnamenom complet
forenameprénom
surnamenom de famille
genNamesurnom générationnel
addNamesurnom

En raison des fortes variations anthroponymiques au sein même des sources, lesquelles sont écrites en langue vernaculaire, un processus de normalisation s’est révélé nécessaire : a donc été constitué un référentiel des différentes orthographes d’un même nom ou prénom au format csv, grâce à un dictionnaire forme normalisée/formes rejetées. Les formes normalisées ont été sélectionnées selon la forme dominante afin d’harmoniser la graphie. L’enrichissement de ces référentiels a été réalisé à l’aide de deux scripts : le premier enrichit le référentiel des prénoms, en répertoriant pour chaque prénom normalisé sa forme française, la typologie et l’ensemble des formes non normalisées. Le second enrichit le référentiel des noms de famille en répertoriant leur forme normalisée, leur type (toponymique ou cognominal), l’ensemble des formes non normalisées et dans le cas des noms toponymiques, le lieu auquel le nom renvoie.

L’étape suivante a été l’analyse (parsing) par script Python, plus précisément grâce au parseur lxml du module Beautiful Soup (BS4). Le processus a produit un fichier csv par année, qui édite la liste annuelle du conseil (ammeistre, stettmeistres, représentants des patriciens et représentants des métiers). Un bref script permet de réunir en un seul fichier csv les occurences qui nous intéressent : celles des échevins. Les données finalisées ont ensuite pu être traitées et compilées dans un dernier fichier csv à l’aide du module Python Jellyfish, en faisant le choix d’utiliser la distance de Jaro-Winkler pour établir une matrice de similarité :

La distance de Jaro (dj) permet de mesurer la similarité entre deux chaînes de caractères s1 et s2 avec avec m le nombre de caractères correspondant aux chaînes respectives et t le nombre de transpositions. La distance de Jaro-Winkler (dw) permet de mesurer la similarité entre deux chaînes de caractères s1 et s2 en favorisant les chaînes ayant un préfixe commun avec dj la distance de Jaro entre ces deux mêmes chaînes de caractères, l à la longueur du préfixe commun et p est un coefficient qui permet de favoriser les chaînes présentant un préfixe commun. Cela permet donc de comptabiliser les occurrences d’une même chaîne où de chaînes très similaires. La matrice obtenue est une matrice carrée : toutes les chaînes de caractères ayant une distance de Jaro-winkler supérieure à 0,95 sont associées les unes aux autres pour créer un tableur de réconciliation. Celui-ci réunit les identifiants temporaires des occurrences par autorité identifiée. À l’aide de ce tableur, il est possible de mettre en série les informations relatives à chaque occurrence dans un tableur distinct. On peut dès lors modéliser le réseau des échevins de Strasbourg en prenant en compte lors de sa projection les faux négatifs et les faux positifs qu’il faut corriger.

2. Analyse du réseau de données

Ce réseau est modélisé grâce à un tableur de liens et un tableur de nœuds : ils ont permis de générer un graphe biparti représentant les liens entre les échevins examinés et les instances annuelles du conseil. Ce graphe et ceux qui suivent sont visualisé à l’aide de l’algorithme de projection Force Atlas 2, qui lui fait prendre une forme longiligne en raison de la période de temps conséquente étudiée. Chaque grappes de points isolés en bordure de graphe représente les membres d’un conseil n’ayant siégé qu’au cours de celui-ci. Elles sont plus nombreuses et constituées de plus de points au début et à la fin de la période considérée. Au fil du siècle, la majorité des points isolés sont des représentants de corporations ne disposant que d’une faible ou moyenne influence au conseil. Les métiers les plus artisanaux ou relevant souvent du salariat (tisserands, coltineurs de tonneaux, etc.).

Figure 4 : graphe biparti instance annuelle du conseil de la ville-représentants des métiers et ammeistres

Ce premier graphe permettant uniquement d’analyser les liens entre les individus et l’institution du conseil (graphe biparti), sa dimensionnalité fut ensuite réduite à l’aide du module Gephi MultiMode Projection, pour produire un graphe monoparti représentant cette fois les liens entre tous les échevins des Métiers ayant siégé simultanément au conseil de la ville. Les générations successives de magistrats et la continuité entre celles-ci sont les éléments structurants du réseau.

Figure 5 : Graphe monoparti, représentants des métiers et ammeistres ayant siégé ensemble au conseil.

L’étude de ce graphe met en évidence que la majeure partie des échevins étudiés n’y occupent pas un emplacement central : ils se trouvent en marge en raison d’un mandat ajourné ou court, ou parce qu’ils ne participent qu’à un seul conseil au cours de leur carrière (phénomène d’autant plus exacerbé si le conseil a lui-même lieu au début ou à la fin de la période concernée). Hippolyte Souvay relève également que plus un individu commence tôt à exercer des magistratures, moins il a de chance de croiser au conseil un échevin ayant commencé à exercer ses fonctions plus tard. Il apparaît en outre que la centralité d’un échevin ne semble pas corrélée avec la corporation qu’il représente. Hippolyte Souvay a ainsi noté le cas exceptionnel de l’échevin ayant la centralité intermédiaire la plus élevée, lequel appartenait à la corporation peu influentes des jardiniers mais dont la carrière politique extrêmement longue (57 ans) le met en valeur sur le graphe. Il souligne la possibilité qu’il s’agisse de plusieurs individus distincts, mais que les informations fournies par sources, la littérature secondaire et la régularité chronologique dans l’exercice des magistratures rendent leur désambiguïsation impossible le cas échéant.

L’intervenant a ensuite calculé les classes de modularité les plus grandes possibles sur son réseau : il en a dénombré quatre, lesquelles correspondent sommairement aux quarts de siècle.

Figure 6 : Classes de modularité du réseau monoparti

Les échevins sont plus nombreux à siéger au conseil au début qu’à la fin du siècle : la décroissance visible à partir du milieu du graphe concorde avec cette idée. permet de visualiser ce phénomène explique. Les différentes variations du nombre d’échevins strasbourgeois s’expliquent par des correspondances historiques avec des modifications institutionnelles du conseil ou des Métiers. Hippolyte Souvay met ainsi en relation le résultat précédent avec la réduction du nombre de corporations de 28 à 20 au cours de la seconde moitié du XVe siècle et la tenue en 1456 du conseil de Strasbourg qui décrète que les conseillers seront nommés biannuellement pour remédier aux inconvénients de la nomination annuelle en lien avec le régime corporatif : les conseillers des corporations les moins prestigieuses avaient parfois plus de mal à se rendre disponible pour assister aux séances. Cela se traduit par des rotations plus fréquentes et de nombreuses transitions entre les échevins de début d’année et de fin d’année. Hippolyte Souvay constate que le nombre d’individus liés à une seule instance du conseil diminue considérablement au cours de la seconde moitié du XVe siècle et ces graphes permettent de visualiser ces phénomènes institutionnels.

3. Poursuite du projet de recherche

Hippolyte Souvay a conclu en expliquant les pistes de poursuite et d’amélioration de son projet de recherche : le travail de préparation de données est achevé pour les listes du conseil, mais pas encore pour la liste d’armement de 1444. Il souhaite verser les données actuellement sous forme de tableur dans une base de données relationnelle afin de pouvoir effectuer des requêtes et sélectionner plus aisément un sous-ensemble des données produites pour permettre des analyses plus fines. Cette base de données sera conforme aux standards CIDOC-CRM afin de produire un jeu de donénes FAIR. Enfin il souhaite proposer une série d’analyses statistiques sur le jeu de données et proposer une classification (non-supervisée) des échevins de 1444 selon les postes occupés au sein des institutions strasbourgeoises avant et après

L’intervenant entend également utiliser ses données actuelles pour étudier l’impact de certains événements historiques sur la composition des conseils et en premier lieu de la guerre de Dachstein (1419-1420), rébellion d’une partie du patriciat contre le conseil de la ville. Cette rupture de la pax urbana et de la communauté civique des bourgeois est représentative de la situation de nombreuses villes impériales et libres à la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne : nombre d’entre elles voient leurs privilèges révoqués, à l’instar de Mayence, ville libre depuis 1244 reconquise militairement par son nouvel évêque Adolphe II de Nassau, ou d’Augsbourg, une ville à régime corporatif depuis 1368 où la primauté du patriciat fut rétablie par l’empereur Charles Quint. Cette tentative loupée du patriciat strasbourgeois soutenue par l’évêque mérite que l’on s’y intéresse puisque suite à la victoire du conseil et du régime corporatif, l’échevinat qui pouvait jusqu’alors être exercé par des patriciens devient la chasse gardée des métiers.

4. Bibliographie et sources

Hippolyte Souvay, dépôt Github de ses recherches, https://github.com/Ammeister/ProjetEchevinsDeStrasbourg

GREISSLER Paul, Liste des échevins et des directeurs des tribus de métiers de Strasbourg : 1640-1790, Archives municipales de Strasbourg, Strasbourg, 1990.

HATT Jacques, Liste des membres du Grand Sénat de Strasbourg, du XIIIe siècle à 1789 : des stettmeistres, des ammeistres, des conseils des XXI, XIII et des XV, s. n., Strasbourg, 1963, 677 p.

ALVAREZ-ALTMAN Grace, «Literary Onomastics Typology : Analytic Guidelines to Literary Onomastics Studies », dans Literary Onomastics Studies, 8, art. 21, 1981, URL : https://digitalcommons.brockport.edu/los/vol8/iss1/21/?utm_source=digitalcommons.brockport.edu (page consultée le 7 mai 2021).

BRADLEY John, « Documents and Data : Modelling Materials for Humanities Research in XML and Relational Databases », dans Literary and Linguistic Computing, 20 1, mars 2005, pp. 133-151, URL : https://doi.org/10.1093/llc/fqh048.

Sources éditées

EHEBERG Karl Theodor, Verfassungs-, Verwaltungs- und Wirtschaftsgeschichte der Stadt Strassburg bis 1681. I. Band : Urkunden und akten, J. H. Ed. Heitz (Heitz Mündel), Strasbourg, 1899.

WITTE Hanns & WOLFRAM Karl Georg (ed.), Urkundenbuch der Stadt Strassburg. Fünfter Band. Politische Urkunden von 1332 bis 1380, Karl J. Trübner, Strasbourg, 1896.

WITTE Hanns (ed.), Urkundenbuch der Stadt Strassburg. 7. Band. privatrechtliche Urkunden und Rathslisten von 1332 bis 1400, Karl J. Trübner, Strasbourg, 1900.

Sources non éditées

AVES AA 195, f. 69r-77r, liste d’armement de 1444.

AVES 4R 103, Premier livre de bourgeoisie, URL: https://archives.strasbourg.eu/ark:/39332/vtaa6e71d677e73ab72/daogrp/0#id:1425915738?gallery=true&brightness=100.00&contrast=100.00&center=2050.000,-1460.000&zoom=5&rotation=0.000.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search