Compte-rendu de la séance du 25 novembre 2020

La production de contenu politique sur Twitter

              Situons tout d’abord le parcours de Tanguy Ruault. Après avoir obtenu une Licence de géographie à la Sorbonne, il intègre le master d’Humanités Numériques de l’université Paris Sciences et Lettres. Au sein de cette formation, il oriente ses recherches sur l’analyse de médias sociaux. Dans le cadre d’un stage réalisé dans une fondation dédiée à la recherche, il participe à la description des discussions des principaux acteurs politiques français sur Twitter. Grâce aux données récupérées lors de ce stage, il analyse dans le cadre de son mémoire de M1 la construction médiatique de l’espace public français sur ce réseau social.

              À partir d’une plateforme qui cartographie les interactions entre les principaux comptes médiatiques et politiques de Twitter, Tanguy Ruault axe sa recherche sur la manière dont les concepts géographiques influencent la construction des problèmes publics. Il retrace notamment les principaux enjeux, c’est-à-dire les événements ou faits susceptibles d’être transformés en problème public par un groupe, de décembre 2019. Cette période est notamment marquée par le débat sur la réforme des retraites, la COP25 et quelques manifestations liées au mouvement des gilets jaunes.

              Il s’agit d’abord d’analyser l’importance des représentations de l’espace dans la constitution du débat public ; comment les différents acteurs médiatiques français parlent-ils des manifestations sur Twitter ? Quels peuvent être les effets de ces discours ? Certains groupes médiatiques traitent-ils davantage certains sujets que d’autres ? Constate-t-on à travers ces traitements une polarisation politique de Twitter ?

              Dans la continuité de cette analyse, l’auteur analyse également la construction de l’espace géographique français à travers les productions médiatiques ; comment certains lieux sont-ils rendus visibles ou non ? L’opposition Paris/province est-elle pertinente pour analyser la construction du débat public à l’échelle nationale ?

              Pour mener cette étude, Tanguy Ruault utilise des données obtenues lors de son stage par la fondation. Les données ont été collectées entre début décembre 2019 et début janvier 2020. A partir de cette base de données et de l’outil Graphika, il analyse les tweets émis par différents groupes médiatiques répartis via un système d’étiquetage en fonction de leurs abonnements.

              Pour analyser les enjeux soulevés en décembre 2019 par les différents groupes médiatiques étudiés, l’auteur a utilisé une analyse par « n-gram » ; un bigramme de mots est un ensemble composé de 2 mots, un trigramme de mots un ensemble composé de 3 mots. L’appellation « n-gramme » correspond ici à tout tri-gramme, bi-gramme de mots ou mot. En lançant une recherche dans la base de données, on peut retrouver ensuite les fichiers contenant les n-grammes souhaités.

              Certains résultats ont pu être observés. On constate par exemple une faible polarisation dans le champ médiatique sur Twitter en France, contrairement à d’autres pays comme les États-Unis. Cette faible polarisation se mesure notamment grâce à la fréquence d’interaction des comptes avec des contenus émis depuis d’autres comptes ayant une étiquette politique différente.

              Sans surprise, certains sujets sont plus traités, voir uniquement traités par certains groupes de médias. Les traitements de ces sujets sont souvent très liés aux convictions politiques des groupes étudiés.

              Si la couverture médiatique des manifestations reste parisiano-centrée, ce qui est notamment lié au fait que les sièges des rédactions se trouvent majoritairement en région parisienne, cela n’épuise pas néanmoins l’analyse des contenus diffusés. En effet, la couverture médiatique des manifestations n’est pas nécessairement fonction du nombre de participants, mais est aussi par exemple fortement influencée par le caractère des évènements qui surviennent. Des circonstances exceptionnelles, comme des dégradations ou des blocages vont avoir tendance à être particulièrement relayées, quel que soit le lieu.

              Dans l’optique d’élargir la discussion, nous avons pu ensuite échanger sur plusieurs points relatifs à cette étude. Puisque les données ont été obtenues par le biais de la fondation, l’auteur a eu peu de souplesse dans le traitement des données et les analyses qu’il a pu mener.

              D’autres limites peuvent être rencontrées en rapport cette fois avec la plateforme en elle-même. Par exemple, il n’est pas toujours évident d’analyser les lieux d’émission des tweets ; contrairement à d’autres médias qui détectent automatiquement le lieu où se trouve l’utilisateur, le système de localisation de Twitter laisse le choix de définir sa propre localisation. Beaucoup de localisations ne sont donc pas forcément fiables.

              De plus, Twitter n’est pas non plus représentatif de toute la population française. Néanmoins, il reste le média social mainstream le plus facilement analysable en termes de données, du fait de son API (Application Programming Interface) relativement accessible. Il est intéressant de voir ici une limite inhérente à l’analyse de médias sociaux qui est celle de l’extraction de données ; l’accès aux API étant limité, il peut être compliqué de trouver des jeux de données structurés, complets et pertinents lorsqu’on veut mener des analyses de ces plateformes.

              Par ailleurs, si l’auteur a ici analysé les n-grams et les hashtags, il pourrait aussi être intéressant de plonger davantage dans les différents outils mis à dispositions des utilisateurs sur Twitter. On pourrait par exemple prendre en compte l’interactivité des tweets ; commentaires postés sous un tweet, nombre de retweets, de likes, de citations, de mentions etc.

              Pour son Master 2, Tanguy Ruault envisage de travailler sur le traitement en ligne du sujet du climat, tout en gardant l’angle d’analyse de la vision et de l’occupation de l’espace public par différents acteurs. En menant un travail de manière plus approfondie sur ce sujet en particulier, il est possible de mieux comprendre l’évolution des discours autour de cet enjeu et donc de mieux identifier la manière dont s’est progressivement constitué ce problème public.

Bibliographie indicative pour cette présentation :

Comby (Jean-Baptiste), La question climatique : genèse et dépolitisation d’un problème public, Paris, 2015 (Cours et travaux).

Neveu (Érik), Sociologie politique des problèmes publics, 2015, doi: 10.3917/arco.neve.2015.01.

Pariser (Eli), The filter bubble: how the new personalized web is changing what we read and how we think, 2012.

Patino (Bruno), Zuckerman (Ethan), Media polarization “à la française” ?, tech. rep., Institut Montaigne, url: https://www.institutmontaigne.org/ressources/pdfs/ publications/media-polarization-a-la-francaiserapport.pdf.

Smith (J.), McCarthy (J. D.), McPhail (C.), Augustyn (B.), “From Protest to Agenda Building: Description Bias in Media Coverage of Protest Events in Washington, D.C.”, Social Forces, 79–4 (Juin 2001), pp. 1397–1423, doi: 10.1353/sof.2001.0053.

Vosoughi (Soroush), Roy (Deb), Aral (Sinan), “The spread of true and false news online”, Science, 9 Mars 2018 : Vol. 359, Issue 6380, pp. 1146-1151, doi: 10.1126/science.aap9559.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search