Compte-rendu de la séance du 10 mars 2021

Au cours de la séance du 10 mars du séminaire du master Humanités numériques de l’Ecole des chartes, Marguerite Vernet a présenté l’objet de sa recherche, le manuscrit Paris BnF Lat. 14525, qui est un document de la première moitié XIIIe siècle qui a appartenu à l’abbaye de Saint-Victor de Paris. Il est composé de plusieurs éléments codicologiques, réalisés à une ou plusieurs décennies d’écart, mais il présente une réelle homogénéité dans la mise en page, dans la décoration, dans l’écriture des dix différentes mains qui ont travaillé sur le manuscrit. Il s’agit d’une écriture textualis, mais cependant particulièrement abrégée et proche de l’écriture universitaire ou scholastique. Les textes présents dans le manuscrit sont des traités de morale, des traités spirituels, des traités de théologie pratique, des textes de droit canon, des textes synodaux et beaucoup de sermons. Les auteurs en sont Victorins mais aussi cisterciens ou maîtres du milieu parisien à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècles.

L’objectif de cette recherche était de comprendre la raison d’être de ce manuscrit, pourquoi ces textes d’origines et de genres divers sont réunis dans ce manuscrit qui se présente comme formant une unité intellectuelle. L’analyse a donc porté sur plusieurs aspects : codicologie, littéraire et intellectuel. Il a fallu dans un premier temps avoir accès au texte, d’où un recours à l’HTR (Handwriten Text Recognition). Dans ce travail, le numérique a aussi été utilisé à d’autres fins, notamment des comparaisons stylométriques et, sur les questions de fond, une alternance entre lecture distante et lecture proche facilité par différentes analyses numériques. Nous voulons, dans ce compte-rendu, présenter ces différents usages du numérique dans le cadre de l’étude du ms BnF lat. 14525 et ainsi interroger l’intérêt du numérique pour l’historiographie victorine.

1) La chaîne de traitement du texte

Nous appelons chaîne de traitement du texte l’ensemble des étapes du processus de transcription dans un fichier .txt du contenu du manuscrit. A cette fin, Marguerite s’est inspirée du Pipeline dessiné par T. Clérice, JB.Camps et A. Pinche dans le cadre de l’étude stylometrique des textes du manuscrit hagiographique BnF, fr. 4121. Le traitement technique des images a été réalisé sur eScriporium.2 Ces dernières ont pu être segmentées en région et en lignes nécessaire pour l’HTR.

1 Ariane Pinche, Jean-Baptiste Camps, Thibault Clérice. Stylometry for Noisy Medieval Data: Evaluating Paul Meyer’s Hagiographic Hypothesis. Digital Humanities Conference 2019 – DH2019, ADHO; Utrecht University, Jul 2019, Utrecht, Netherlands. ⟨hal-02182737⟩

2 http://traces6.paris.inria.fr/

La seconde étape a été celle de la transcription manuelle de ces lignes pour entraîner le modèle d’HTR. Ici, Marguerite a fait le choix d’entraîner deux modèles distincts pour ensuite comparer leur performance. Le premier est un modèle qui résout automatiquement les abréviations du texte, entraîne avec Calfa3.

3 développé par Chahan Vidal-Gorène [https://calfa.fr/]

Dans le second modèle entraîne avec kraken, le texte est transcrit avec les abréviations et sans espaces. La normalisation de la segmentation et le développement des abréviations est réalisé en post-processing: Boudams4 est utilisé pour segmenter les mots puis Pie est entraîne à développer les abréviations5. Une fois le texte établi, il est lemmatisé avec Pie. Une post-correction non systématique est ensuite réalisée avec Pyrrha6. En effet, l’application du dictionnaire latin LASLA de Pie ne permet pas de reconnaître toutes les formes dans les textes de latin médiéval.

4 Outil développé par Thibault Clérice [https://github.com/PonteIneptique/boudams]

5 La comparaison de ces deux approches a été présentée dans l’article J.-B. Camps, M. Vernet, Ch. Vidal-Gorène, “Handling Heavily Abbreviated Manuscripts: HTR engines vs. text normalisation approaches” (publication à venir)

6 https://dh.chartes.psl.eu/pyrrha

2) L’analyse stylométrique

Après la phase de traitement du texte, vient le temps des analyses du corpus. Il s’agit dans un premier temps de vérifier l’attribution de certains sermons à des auteurs. En particulier, l’historiographie victorine attribue 26 sermons du manuscrit à Garnier de Saint-Victor mais plusieurs indices nous invitent à remettre en question cette attribution.

Ce dendrogramme, qui s’appuie sur la distance de Manhattan pour mesurer l’écart entre les textes et la méthode de Ward pour constituer des classes permet de distinguer deux classes de sermons, ceux écrits par Garnier et d’autres écrits par Absalon de Saint-Victor, Etienne Langton, Etienne de Tournai et des anonymes. On observe cependant que les derniers sermons répertoriés comme étant ceux de Garnier (les numéros 25 et 26) sont rapprochés dans le dendrogramme de la classe des sermons anonymes 1 à 4. L’attribution de ces deux sermons à Garnier de Saint-Victor, dont on pouvait déjà douter à la lecture proche, est donc réfutée par cette analyse.

3) L’analyse du contenu intellectuel

Après l’approche stylométrique, il a été nécessaire d’appréhender le texte comme une unité intellectuelle pour comprendre les thématiques abordées dans le corpus afin de savoir s’ils diffèrent en fonction de l’époque, de l’école de pensée et du genre des textes.

Marguerite a ainsi eu recours au “topic modelling”, d’usage fréquent dans le domaine des humanités numériques. Il s’agit pour elle d’alterner entre lecture distante (permise par les résultats obtenus à partir du “topic modelling”) et lecture proche. En effet, la première indique les passages qu’il est pertinent d’analyser, de lire avec proximité. De plus, le “topic modelling” fait apparaître les continuités et discontinuités thématiques au sein du corpus considéré et l’évolution des thèmes choisis dans le temps.

Pour illustrer sa méthode, Marguerite a présenté le cas des sermons d’Absalon de Saint-Victor,à partir des textes lemmatisés dont les mots-outils ont été retirés. Un total de six topics a été dressé, qui sont le reflet des thématiques centrales qui préoccupent Absalon de Saint-Victor au début du XIIIe siècle. Parmi ces derniers, il est possible d’en retenir trois.

Le premier topic, le plus significatif, est relatif à la vie canoniale, et plus spécifiquement à une de ses dimensions, celle de la vie régulière et contemplative. Il est particulièrement présent dans les sermons in generali capitulo qui, souvent, mettent en avant la spécificité de l’ordo victorin. Un autre topic peut être présenté ici, portant sur les questions de pénitence et de confession. L’image de la passion du Christ est employée pour appeler les fidèles à la conversion. Ce topic met en avant la deuxième dimension de la vie canoniale: la pastorale. En effet les Victorins, dès la fin du XIIe siècle participent de ce grand élan pastoral qui occupe l’ensemble de la société au XIIIe siècle. Ce topic est particulièrement présent dans les sermons in quadragesima (relatif au carême).

Un troisième topic est cher à Absalon. Il s’agit de la mission confiée par le Christ à chacun durant de sa vie dans l’Église terrestre, avant de rejoindre l’Église céleste. Il manifeste l’intérêt des Victorins pour l’ecclésiologie, qui accompagne ce tournant pastoral pris par les Victorins à la fin du XIIe siècle.

Ces observations permises par le “topic modeling” invitent à une analyse plus poussée de certains textes qui sont étudiés par une analyse littéraire et intellectuelle plus traditionnelle.

Conclusion

Un certain nombre d’outils des humanités numériques ont été mis au service de l’analyse d’un manuscrit victorin le BnF lat. 14525. L’acquisition du texte par la création et le développement de modèles d’HTR et une analyse stylométrique sont à l’origine de conclusions intéressantes concernant l’attribution de certains sermons. D’autre part, une méthode de “topic modelling” a permis de dégager des thèmes chers aux Victorins de cette période. Les humanités numériques, peu utilisées jusqu’à présents dans les études victorines apparaissent donc comme un moyen particulièrement fécond pour l’étude sérielle des sources, notamment les nombreux sermons qui font l’objet de peu d’études.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.